Les quotas européens au plus bas

Le 30 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Jos Delbeke espérait faire voter sa réforme avant 2013.
Jos Delbeke espérait faire voter sa réforme avant 2013.

Cela n’a pas traîné. Sitôt connu l’agenda du prochain comité européen du changement climatique, les cotations des quotas européens d’émission de gaz à effet de serre ont fortement chuté sur les bourses du carbone.

Sur l’ICE, le marché londonien, le quota, livrable en décembre 2012, est tombé à 5,7 euros, son plus bas niveau depuis 5 ans. A Paris, sur la bourse Bluenext, le prix atteint péniblement les 6,6 €. Pas brillant non plus.

En cause, la publication de l’ordre du jour de la réunion du 13 décembre du comité européen du changement climatique. Un programme qui ne mentionne à aucun moment de discussion, voire de décision, concernant le gel de l’allocation de 900 quotas pour les trois années qui viennent. Poussée par la commissaire à l’action climatique, cette solution permettrait de faire remonter le cours du carbone européen [JDLE]. Mais faute de vote des représentants des 27, cette solution est reportée sine die.

Pour les investisseurs, le message est clair. Les Européens ne réformeront pas de sitôt l’ETS. Le marché reste donc structurellement trop long, faisant dégringoler les prix.

Dans un entretien récemment accordé à L’Usine à GES, le directeur général de l’action climatique, Jos Delbeke, espérait que la mise en réserve des 900 millions de quotas interviendrait dès le printemps prochain. Un espoir un peu optimise, semble-t-il.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus