Les propositions de Bruxelles sur les émissions automobiles font débat

Le 12 juillet 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Commission s'est arrêtée à 95 g/km de CO2 en 2020
La Commission s'est arrêtée à 95 g/km de CO2 en 2020

Comme prévu, la Commission européenne a présenté, le 11 juillet, son plan pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des voitures et des camionnettes neuves à l’horizon 2020.

L’objectif est de baisser les émissions moyennes des voitures neuves à 95 grammes de CO2 par kilomètre. Pour l’heure, le plafond est de 135,7 g/km en 2011 et de 130 g/km en 2015.

Pour les véhicules utilitaires légers, le seuil maximal en 2020 s’élèverait à 147 g/km, avec un objectif intermédiaire de 175 g/km en 2017. Leurs émissions sont évaluées à 181,4 g/km en moyenne en 2010.

«Nos propositions ne vont pas uniquement permettre de protéger le climat et de faire économiser de l’argent aux consommateurs. Elles vont aussi stimuler l’innovation et la compétitivité dans l’industrie automobile européenne, et permettre la création de nombreux emplois. Ces propositions sont donc bénéfiques pour tout le monde», a plaidé Connie Hedegaard, commissaire européenne en charge de l’action pour le climat.

Ce nouveau dispositif permettra aux consommateurs d’économiser 30 milliards d’euros par an en carburant à partir de 2020. Par ailleurs, Bruxelles a évalué à 12 Md€/an la hausse du PIB due à ces objectifs et à 9 Md€ la hausse des investissements dans l’emploi. Sans oublier les économies pour la planète: 420 millions de tonnes de CO2 en 2030 et 160 Mt de pétrole (70 Md€ au prix actuel).

Bruxelles avait déjà laissé fuiter le 8 juin dernier ces objectifs, plus contraignants que ceux prévus par les règlements de 2009 pour les voitures, et de 2011 pour les camionnettes (voir JDLE). Ces propositions doivent encore être soumises au Parlement européen et au Conseil pour examen, selon la procédure législative en vigueur.

Sans surprise, les constructeurs ont aussitôt réagi en avertissant que ces objectifs seraient difficiles à atteindre. «Ce sont les objectifs les plus contraignants au monde. Ils sont plus sévères qu’aux Etats-Unis, en Chine ou au Japon», a déclaré Ivan Hodac, secrétaire général de l’Association des constructeurs européens (Acea).

Pour les associations environnementales, au contraire, le nouveau texte manque d’ambition. Dans un communiqué commun, Greenpeace, Réseau Action Climat et Agir pour l’environnement rappellent que l’objectif de 95 g/km en 2020 n’est pas nouveau (il avait déjà été envisagé). Ils estiment aussi que la limite de 147 g/km pour les camionnettes est particulièrement faible.

«Les ONG européennes demandent que soit adopté pour les voitures un objectif de 80 g CO2 /km d’ici 2020 et de 60 g pour 2025. Il faut aussi que la réglementation adoptée soit exempte d’échappatoires qui mettraient en danger toute ambition environnementale de cette réglementation», précise Lorelei Limousin, chargée de mission Climat et transport pour le RAC-France. Cela représenterait une économie de 651 € par an et par automobiliste au lieu de 327 € selon l’objectif pour 2020.

Pour rappel, les voitures et les véhicules utilitaires légers sont responsables d’environ 15% des émissions de CO2 de l’Union européenne.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus