Les projets environnementaux de l’AII

Le 26 avril 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 25 avril, le Président de la république a présenté les premiers projets de l’Action de l’innovation industrielle (AII). Trois d’entre eux traitent de problématiques environnementales.

Les projets se nomment des «programmes mobilisateurs pour l'innovation industrielle» ou PMII. Ils doivent permettre, avec les pôles de compétitivité, de relancer l'industrie française. Biohub concerne la valorisation des ressources agricoles par les biotechnologies. Le chef de file en est Roquette, entreprise spécialiste de la transformation de l'amidon, présente dans les secteurs de l'alimentation, de la pharmacie et cosmétologie, des papiers et cartons ondulés et de la chimie. Son projet d'un coût de 98 millions d'euros, dont une aide de 43 millions, doit courir sur 7 ans. L'objectif est de créer une filière pour produire de nouveaux matériaux plus propres: des polymères résistant à la chaleur, des solvants non chlorés, des liants routiers non goudronneux, etc. La capacité de l'usine devrait atteindre 100.000 tonnes par an. Différents partenaires sont associés à la PMII dont Arkema, des laboratoires de recherche comme l'Insa de Lyon, et des pôles de compétitivité (Matériaux à usage domestique – MàUD- et Axelera).

Deuxième projet «environnemental», Homes (Habitat optimisé, maîtrise de l'énergie et sécurité) porté par Schneider electric. Le groupe veut créer une «architecture innovante de la distribution électrique pour un contrôle actif de l'énergie dans le bâtiment» et ainsi faire de nouvelles économies d'énergie. Un enjeu essentiel pour la lutte contre le changement climatique puisque les bâtiments sont l'un des trois plus gros contributeurs aux émissions de gaz à effet de serre avec les installations industrielles et les transports. De la même manière que le projet de Roquette, Schneider electric va travailler avec d'autres industriels (ST Microelectronics, Philips, etc.), des centres de recherche, dont le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), ainsi que le pôle de compétitivité Minalogic. D'une durée de 5 ans, le PMII est estimé à 88 millions d'euros, dont 39 millions d'aides de l'AII.

Enfin, l'Agence a présenté un dernier programme, VHD, qui doit être soumis à la décision du prochain conseil de surveillance. Il s'agit de la création d'un véhicule hybride diesel par PSA qui doit permettre d'atteindre 90 grammes de CO2 par kilomètre (g/km) en 2010, puis 85 g/km en 2012. Pour comparaison, la Prius de Toyota émet 104 g/km. En 2010, 3.000 véhicules doivent être commercialisés, puis la production devrait se faire en série deux ans plus tard. Valeo, Michelin, Plastic Omnium et l'Institut français du pétrole (IFP) sont de l'aventure.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus