Les principaux investisseurs prennent en compte le risque climatique

Le 26 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réchauffement commence à guider la finance.
Le réchauffement commence à guider la finance.
NASA/GISS

La finance a beau être l’ennemie de nombreux hommes politiques, elle se soigne. Témoin: la dernière évaluation de la prise en compte du risque climatique par les principaux investisseurs de la planète.

 

Publiée mardi 25 avril, l’étude annuelle d’Asset Owners Disclosure Project (AODP) montre une très nette amélioration de l’intégration des risques imputables aux décisions d’investissements.

Chaque année, depuis 5 ans, l’ONG britannique passe au crible l'engagement environnemental des 500 plus gros investisseurs mondiaux. Ensemble, ces fonds de pension, assureurs, fonds souverains, gèrent environ 24.800 milliards d’euros d’actifs. Cette année, révèle AODP, 60% de ces banquiers, courtiers, traders et brokers déclarent officiellement prendre en compte les questions climatiques dans leur stratégie d’investissement. Un chiffre en hausse de 18% par rapport à l’année passée, souligne l’ONG.

Cependant, souligne-t-elle, 101 grands investisseurs, représentant 11.500 milliards d’euros, ne montrent pas la moindre preuve d’action de prévention du risque climatique, notamment en Amérique du Nord et en Asie. Parmi les plus mauvais élèves: l’Allemagne (où 68% des investisseurs ne s’intéressent pas au réchauffement), la Chine (67%), les Etats-Unis (63%), la Suisse (29%), le Japon (26%) et le Canada (24%). «Il est choquant de voir autant de fonds de pension et d’assureurs encore ignorer le risque climatique et jouer ainsi avec les économies et les retraites de millions de personnes», commente Julian Poulter, le président d’AODP, cité dans un communiqué.

Les Français ne sont pas les plus mal notés. Dans la liste des 34 meilleurs élèves, on trouve 4 tricolores: le fonds de réserve pour les retraites, l’établissement de retraite additionnelle de la fonction publique (Erap), Axa et la Caisse des dépôts.

Manque d’assurance. Les grands assureurs européens ne sont pas exempts de tout reproche climatique. Dans une note diffusée le 25 avril, les Amis de la Terre soulignent que les 15 plus importantes compagnies d’assurance du Vieux monde détiennent au moins 130 milliards de dollars (119,4 Md€) d’actifs dans les énergies fossiles. Avec 59 milliards, Allianz arrive en tête, devant Axa (34,3 milliards) et Aviva (14 milliards).

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus