Les pressings sèchent-ils toujours sur les niveaux de perchlo?

Le 14 octobre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Même s’il respecte la réglementation, un pressing peut toujours être à l’origine d’importantes concentrations de perchloroéthylène (ou tétraéthylène) néfastes pour la santé des riverains, et dépasser les niveaux jugés admissibles par l’Organisation mondiale de la santé pour une exposition continue du public, conclut une étude de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) publiée le 2 octobre.

Ce solvant probablement cancérogène et qui a des effets sur le système nerveux, avait bénéficié d’une certaine médiatisation en février 2008, après deux campagnes de mesures de l’Ineris en 2005 et 2007 dans trois installations de nettoyage à sec (1). A l’issue de la seconde campagne, l’Ineris concluait à une réduction notable des concentrations intérieures en perchloroéthylène dans les appartements situés au-dessus du pressing équipé d’une machine avec filtre à charbon actif sur le circuit de séchage, et d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC). Les machines des deux pressings de la campagne de 2005 n’étaient pas dotées de ce dernier dispositif. L’inspection des installations classées avait alors mené des opérations de contrôle dans 200 pressings.

En 2008, l’Ineris a continué à mesurer les niveaux de concentration en perchloroéthylène dans une installation de nettoyage à sec équipée de machines avec filtres et VMC. Les concentrations mesurées sont en moyenne respectivement 3 et 10 fois plus élevées dans le pressing et les appartement du premier étage que celles relevées lors de la campagne 2007, et du même ordre de grandeur que celles mesurées en 2005.

«Les conditions d’exploitation du pressing et la configuration du point de rejet de la VMC semblent jouer un rôle important sur les niveaux de concentration mesurés dans l’atmosphère», relève l’Ineris.

Ainsi, la machine du pressing de la campagne 2008 réalise plus de cycles quotidiens que celle de la campagne 2007, est plus vieille (10 ans d’ancienneté en 2008 contre 1 en 2007) et le point de rejet de la VMC donne au rez-de-chaussée de la cour intérieure de l’immeuble du premier pressing, alors que celui de la campagne 2007 était situé à 3 mètres au-dessus de l’immeuble…

(1) Dans le JDLE «Les pressings ciblés par une campagne sur le perchlo»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus