Les POP s’attaquent à la virilité des ours polaires

Le 11 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les polluants organiques persistants (POP) affecteraient les parties génitales et le squelette des ours polaires. L’étude menée par un vétérinaire et toxicologue danois, reprise dans un article publié le 9 mai dans le journal canadien The Gazette, porte sur une population d’ours polaires de l’est du Groenland.

«Des testicules de taille réduite et une fragilité du squelette» ont été observés par le vétérinaire Christian Sonne. Ces effets seraient liés à la présence de pesticides et de retardateurs de flamme en Arctique. «Des substances qui affectent la fertilité de ces animaux et leurs capacités à se reproduire», a déclaré le vétérinaire à la dernière conférence sur les changements climatiques et la pollution en Arctique, qui s’est tenue à Copenhague la semaine dernière.

«Ces impacts n’affectent pas seulement les ours polaires», affirme le chercheur qui travaille au Centre national de recherche environnementale du Danemark. Les populations locales et les autres espèces animales sont également exposées à ces polluants, même si le cocktail de produits chimiques a tendance à diminuer en allant vers l’ouest de la région arctique.

Les ours polaires de l’est du Groenland sont les espèces les plus contaminées en Arctique car ils se nourrissent essentiellement de phoques annelés (Phoca hispida) et de phoques barbus (Erignathus barbatus) dont les graisses sont chargées en contaminants.

Christian Sonne a montré que le squelette des ours polaires de l’est du Groenland devient de plus en plus fragile. Il a examiné, entre 1983 et 2001, un large nombre d’individus, puis il les a comparé aux spécimens des musées, provenant d’animaux capturés jusqu’à il y a 120 ans.
 
Cette fragilité du squelette peut être reliée à la présence de polluants dans l’environnement, la température, les précipitations et la réduction de la calotte glaciaire. Mais le scientifique danois a réussi à faire un lien entre la perte de densité des os et la présence de PCB.
 
La réduction de la densité des os est inquiétante chez certains adultes mâles. En fait, leurs os sont en si mauvais état que ces animaux peuvent développer une ostéoporose chronique aboutissant à des fractures et des difformités osseuses.
Christian Sonne a aussi mis en évidence un lien entre la présence des polluants et la taille des parties génitales des ours. Avec ses collègues il a observé que «plus la concentration en chlordane, un pesticide, est élevée dans leur organisme, plus la taille et le poids des testicules et des os du pénis sont réduites ce qui influence directement la production de liquide séminal».
La taille et le poids des ovaires chez les femelles semblent aussi affectés par les concentrations croissantes en polluants. Enfin, la présence de retardateurs de flamme influence la solidité du squelette et les organes sexuels des juvéniles.
 
Les chiens de traineaux sont aussi sensibles aux POP, car ils se nourrissent de graisses animales. La pollution affaiblit leur système immunitaire, ce qui les rend plus vulnérables face aux maladies infectieuses.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus