Les pollutions diffuses, plaies de l’environnement hexagonal

Le 08 décembre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Près de 4.000 nouvelles zones vulnérables aux nitrates d'ici à la fin de l'année
Près de 4.000 nouvelles zones vulnérables aux nitrates d'ici à la fin de l'année

Les pollutions diffuses des cours d’eau par les nitrates et les pesticides restent très préoccupantes en France, selon l’état de l’environnement diffusé le 5 décembre par le ministère de l’écologie.

 

Pas de changement depuis la fin des années 1990: les pesticides et leurs résidus sont toujours détectés dans 93% des cours d’eau et 63% des eaux souterraines. Leur concentration reste faible mais leur dispersion s’est généralisée à l’ensemble des masses d’eau du territoire. Les normes sanitaires sont par ailleurs dépassées dans 4% des cours d’eau et 18% des eaux souterraines.

Pour rappel, 880 captages d’eau potable ont été abandonnés entre 1998 et 2008 en raison d’une présence excessive de nitrates (60%), de pesticides (20%) ou des deux (20%).

En matière de nitrates, sujet d’un contentieux européen à Luxembourg, un ajout de 3.888 zones vulnérables devrait être réalisé d’ici la fin de l’année.

 

Polluants atmosphériques: encore un effort

Du côté des polluants atmosphériques, les émissions ont évolué depuis 1990. Si elles affichent une baisse pour les particules fines PM10 (-50%), les oxydes d’azote (-47%), le dioxyde de soufre (-82%), et les composés organiques volatils (-73%), ce n’est pas le cas des concentrations dans l’air, dont celles de dioxyde de soufre seulement ont fortement diminué. Les concentrations de dioxyde d’azote et de PM10 restent stables à proximité du trafic automobile et celles d’ozone ont légèrement augmenté entre 1990 et 2012.

En guise de réponse, le ministère de l’écologie annonce qu’un plan de réduction des polluants atmosphériques sera élaboré en 2015.

 

Matières et déchets à réduire

La consommation de matières par habitants est aussi à la baisse. S’élevant à 14 tonnes en moyenne entre 1990 et 2008, elle a été réduite à 12 t en 2012. En parallèle, la productivité matières[1] a progressé de 29%.

Derrières ces bons résultats, la consommation totale de matières reste forte, alignée sur la hausse de la population et du niveau de niveau de vie. Elle est passée de 829 Mt en 1990 à 911 Mt en 2007, est surtout composée de matériaux de construction (51%), produits agricoles (29%), combustibles (18%), et dans une très faible proportion de métaux (2%).

Malgré les plans de prévention successifs, la production de déchets n’a pas non plus décliné. Elle affiche encore une progression de 3% entre 2008 et 2010, pour atteindre 5,5 t/hab.



[1] Richesse produite par unité de matière consommée

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus