Les plantations ne compenseront pas la déforestation

Le 01 juin 2010
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les plantations, en remplacement des forêts naturelles, ne peuvent pas être considérées comme des puits de carbone, comme initialement escompté, conclut une étude sino-américaine publiée le 27 mai dans la revue en ligne PLoS one.

Chengzhang Liao et ses collègues de l’université de Shanghai (Chine) et de l’université d’Oklahoma (Etats-Unis) ont synthétisé 86 études expérimentales ayant utilisé un protocole de sites appariés, afin de comparer les réserves en carbone des plantations et celles de leurs forêts primaires et secondaires (forêts naturelles) correspondantes.

D’après leurs résultats, les réserves de carbone totalisées dans les forêts primaires s’élevaient à 284 mégagrammes (106) de carbone par hectare (Mg C ha−1). Dans les plantations, ce potentiel de séquestration du carbone était réduit de 28%. Contrairement à d’autres études antérieures, cette analyse n’a pas seulement pris en compte le carbone stocké dans le sol mais dans l’ensemble de l’écosystème (racines, litière etc.).Cette observation a été confirmée dans des régions géographiques variées, quel que soit l’âge des arbres, leur espèce, ou encore avec le brûlage préalable ou non des terres.

Depuis 20 ans, les stratégies de séquestration du carbone auraient donc exagéré le rôle des plantations dans l’atténuation du changement climatique, concluent les auteurs.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus