Les pesticides, problème n°1 des aliments chinois

Le 25 avril 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour réguler l'acidité de nos plats, nous avons ajouté de la soude.
Pour réguler l'acidité de nos plats, nous avons ajouté de la soude.

Les résidus de pesticides constituent la première cause de violation des règles de sécurité pour les aliments chinois, selon une analyse menée par Food Sentry, société américaine d’analyse de l’inspection alimentaire.

Aucun doute pour Food Sentry: les aliments d’origine chinoise sont bien ceux qui posent le plus problème en termes de sécurité.

Selon un bilan mené par la société d’analyse sur les non-conformités recensées dans 73 pays, la Chine devance les Etats-Unis, l’Inde, le Vietnam et le Japon. Pour chacun de ces 5 gagnants, Food Sentry a décidé de dévoiler les violations les plus fréquentes, par type de contaminants et de produits. Première à passer à la loupe, la Chine.

Dans 39% des cas, les non-conformités observées avec les produits chinois avaient trait à la présence trop élevée de résidus de pesticides. Vient ensuite la présence excessive de divers produits chimiques (28%) tels que le formaldéhyde, le dioxyde de soufre ou la soude caustique -frauduleusement ajoutée aux aliments afin de réguler leur acidité.

En troisième position, les pathogènes (14% des non-conformités), dont Escherichia coli et Clostridium botulinum, que l’on retrouve avant tout dans les fruits de mer et le poisson. Ou encore les bactéries coliformes, qui ont fait parler d’elles début mars avec la découverte en Chine de tartes au chocolat destinées à être vendues par Ikea (voir le JDLE).

D’autres types de non-conformités s’avèrent plus rares, comme celles liées à des mycotoxines (10%), à des métaux lourds (5%) ou à des résidus de médicaments (4%). Les antibiotiques sont toutefois impliqués dans 19% des non-conformités liées aux poissons et aux fruits de mer, dont la Chine constitue l’un des principaux exportateurs, notamment vers les Etats-Unis.

Sentry Food conseille aux consommateurs «de faire attention lorsqu’ils décident d’acheter des aliments d’origine chinoise». En particulier avec les poissons et les fruits de mer, «qui représentent le risque le plus élevé, bien que nous ne puissions dire exactement combien parmi ceux d’origine chinoise sont contaminés», en raison de la très faible proportion de ces produits actuellement testés à l’entrée des Etats-Unis.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus