Les pépites de la recherche sur les mines urbaines

Le 21 mai 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les déchets électriques et électroniques: une mine urbaine
Les déchets électriques et électroniques: une mine urbaine

Lancée en 2014, la chaire de recherche et d’enseignement Mines urbaines va poursuivre, 5 années durant, ses travaux sur les métaux stratégiques, le recyclage des plastiques, les substances à risques et l’éco-conception des produits électriques et électroniques.

La première saison de la chaire Mines urbaines (2014-2019) se conclut avec 7 thèses, 4 post-doctorats, 14 stages et 43 publications au compteur. Créé en 2014 par l’éco-organisme en charge des DEEE[1] Eco-Systèmes (désormais ESR), ce programme de recherche associe les écoles Mines Paris Tech, Chimie Paris Tech et Arts et Métiers. «Pendant ces 5 années, les travaux se sont focalisés sur la récupération des métaux stratégiques et des polymères et sur les changements de comportements», résume Xavier Lantoinette, directeur technique adjoint d’ESR.

 

Tri des plastiques noirs

Des chercheurs ont planché sur le tri des plastiques noirs, que ne reconnaissent pas les systèmes de tri optique, et qui rejoignent aujourd’hui les refus de tri. Des discussions sont en cours avec une entreprise française pour poursuivre ces travaux.

 

Récupération du tungstène et du tantale

Plus avancées, les recherches sur la récupération des métaux stratégiques par plasma thermique et sur la séparation du tungstène et du tantale par échange d’ions vont se poursuivre au sein de la start-up TND, spécialisée dans la recherche métallurgique et la valorisation des DEEE.

 

Responsabilité collective

Au cœur de l’actualité française et européenne, la responsabilité élargie du producteur (REP) a aussi fait l’objet d’une thèse sur les conditions optimales de son développement.  «C’est une forme originale de co-régulation entre les pouvoirs publics et les industriels qui n’avait jamais été théorisée», explique Franck Aggieri, professeur à Mines Paris Tech. Les travaux d’Helen Micheaux pointent «le retour des communs au cœur de l’action collective». Un concept bien connu des juristes travaillant sur les droits de la nature, appliqué ici aux produits et à leurs déchets.

 

Au cœur de l’économie circulaire

Pour sa deuxième saison, la chaire Mines urbaines poursuit ses recherches sur la récupération des métaux stratégiques et des polymères des DEEE (quels dispositifs incitatifs?), et sur les substances à risques comme les plastiques bromés.

Par ailleurs, une thèse est d’ores et déjà dédiée à l’éco-conception, l’un des leviers les plus efficaces de l’économie circulaire. Au programme: identification des limites d’un passage à une échelle plus large, des outils pour rendre ces produits plus visibles et une organisation collective garantissant son essor. Autant de travaux à fort potentiel environnemental. 

 



[1] Déchets d’équipements électriques et électroniques



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus