Les pêcheurs européens partent à la pêche… aux plastiques

Le 05 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des pêcheurs payés pour collecter les plastiques en mer. Le nouveau projet de la Commissaire européenne aux affaires maritimes et à la pêche sera testé ce mois-ci en Méditerranée. C’est ce que révèle, dans un article daté du 4 mai, le journal britannique The Guardian.

L’idée est de trouver une source de revenu alternative pour les pêcheurs et réduire ainsi la pression sur les stocks de poissons.

Maria Damanaki, la commissaire européenne, devrait annoncer très prochainement la réalisation de tests de récupération en Méditerranée. Ces essais devraient se dérouler au cours du mois de mai.
 
Les pêcheurs collecteurs de plastique seront financés, au départ, par les Etats membres. Mais par la suite, l’Union européenne envisage, grâce à la valeur croissante des plastiques recyclés, une structuration de la filière, financièrement viable et donc sans besoin de subvention.
Collecter les déchets en mer devrait aussi améliorer la qualité du milieu marin, les conditions de vie des poissons, des oiseaux de mer et d’autres espèces qui meurent par étouffement ou qui souffrent de lésions internes en ingérant de petites quantités de plastique non dégradable.
 
Maria Damanaki va aussi diriger, le 13 mai, la première réunion avec des ministres de pays en voie de développement sur le thème très controversé de l’accès aux zones de pêche. A ce jour, les flottes de pêche européennes n’hésitent pas à réaliser une grande partie de leurs prises au large des côtes africaines et dans l’océan Indien.
 
Une pêche rendue possible grâce à des accords secrets passés entre les flottilles et les gouvernements locaux. Résultat, selon les ONG, les bateaux européens pillent les ressources des pêcheurs locaux et empêchent le développement de leur industrie de pêche.
 
Selon la commissaire européenne, «le besoin de transparence est de plus en plus important. Nous avons pris conscience que les peuples avaient le droit d’établir leurs propres mécanismes de contrôle sur leur industrie. Nous devons coopérer pour trouver une solution à la surpêche».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus