ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article sur WikioPartager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedinPartager cette page sous TwitterS'abonner au flux RSS du JDLE

Les PCB mauvais pour le cœur

Le 19 octobre 2011 par Romain Loury
Les polychlorobiphényles (PCB) sont associés à un risque d’athérosclérose, dépôt de lipides sur la paroi des vaisseaux sanguins qui peut entraîner un infarctus du myocarde, selon une étude suédoise publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.
 
Le lien entre ces polluants organiques persistants (POP), présents dans l’alimentation, et l’infarctus du myocarde a déjà été suggéré. Mais un mystère demeurait, du fait que les PCB sont liés à l’obésité, à l’hypertension et au diabète, tous facteurs de risque cardiaque: l’impact sur l’infarctus est-il direct ou indirect?
 
Direct, selon l’étude menée par l’équipe de Lars Lind, de l’hôpital universitaire d’Uppsala (Suède). Menée sur 1.016 personnes âgées, l’analyse montre un lien entre la teneur sanguine en PCBs et l’athérosclérose, processus de durcissement des vaisseaux sanguins à l’origine de l’infarctus.
 
C’est avec les PCB les plus chlorés, dont les congénères 194, 206 et 209, que l’impact était le plus fort, particulièrement en termes d’échogénicité de l’intima-media de la paroi carotidienne [1].
Selon les chercheurs, cet effet doit désormais faire l’objet d’études prospectives, et pas seulement rétrospectives comme la leur.
 
[1] L’intima (couche interne) et la media (couche moyenne) constituent deux des trois couches de la paroi artérielle. Evaluées par échographie, l’épaisseur de l’intima-media et son échogénicité (capacité à renvoyer un écho) constituent deux mesures d’athérosclérose.