Les pays du G8, vus par le WWF

Le 06 juin 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Pour le World wild fund for nature (WWF), «trois pays s'avèrent totalement en dehors des clous» concernant leur politique climat: le Canada, les Etats-Unis et la Russie. Mais, qu'il s'agisse de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon ou des autres membres du G8, aucune des grandes puissances industrielles n'est épargnée par l'organisation. «Aucun des pays du G8 ne peut se targuer de mettre suffisamment de mesures en application pour être en phase avec la limitation du réchauffement planétaire à moins de 2°C»: c'est le message d'un rapport rendu public mardi 5 juin par le WWF, qui évalue les efforts entrepris par les pays du G8 pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

Sans grosse surprise, le cancre de la classe se situe outre-Atlantique. Les Etats-Unis n'ayant même pas ratifié le protocole de Kyoto, ils n'avaient guère de chances de se distinguer. L'Italie et le Japon font «un peu mieux» mais demeurent loin du compte. Quant à l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, ils incarnent de bien falots «meilleurs élèves»: «Ce sont les trois pays les plus avancés sur cette voie mais chacun d'entre eux risque de voir ses émissions s'accroître s'il ne prend pas rapidement des mesures nouvelles». Le WWF rappelle qu'il soutient la volonté d'Angela Merkel, la chancelière allemande, d'inscrire lors du G8, qui se tient du 6 au 8 juin 2007 en Allemagne, des objectifs contraignants pour la réduction des GES d'ici 2050.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus