Les pays alpins s’accordent sur un texte pour la protection environnementale

Le 16 mars 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La 10e conférence de la Convention alpine, qui s’est tenue à Evian les 11 et 12 mars, a marqué la fin de la présidence française, remplacée pour les deux années à venir par la Slovénie. Elle a aussi permis aux ministres des 8 Etats de la Convention de signer un plan d’action conjointe pour lutter contre le changement climatique. Celui-ci comprend des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre et surtout des mesures d’adaptation à l’évolution climatique, particulièrement sensible dans les Alpes.

Parmi les décisions ministérielles figurent l’identification des opérateurs touristiques écolo, la réalisation d’une cartographie partagée des risques liés au changement climatique dans les Alpes et d’une trame verte transalpine, ou encore l’engagement à réfléchir à des projets d’installation de petites centrales hydroélectriques.

Pour l’ONG Cipra, la Commission internationale pour la protection des Alpes, «le plan d’action présenté par la présidence française et adopté lors de la conférence n’est pas digne de ce nom», écrit-elle dans un communiqué. Elle regrette que n’y figure par exemple aucune indication relative au financement et au calendrier de ces «déclarations d’intention».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus