Les pavillons bleus virent au marron

Le 06 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La propreté des côtes britanniques est remise en cause. L’association « Surfeurs contre les eaux usées » (Surfers against sewage-SAS) demande à ce que soient 35 plages soient déchues de leur « pavillon bleu », censé signaler les sites de baignade les plus propres.

Le communiqué, publié par SAS le 6 août, annonce la découverte d’informations révélant que ces plages ne satisfont aux niveaux d’exigence en matière d’alerte du public après un déversement d’eaux usées. Pire, leur enquête révèle qu’un quart des « sites bleus » n’ont pas surveillé la contamination de leur plage par les eaux sales.

Le programme « pavillon bleu » est une initiative mondiale, lancée en 1987, par la Fondation pour l’éducation environnementale (groupe indépendant non-lucratif basé au Danemark). Le critère numéro 28 du Code du pavillon bleu oblige les opérateurs de plage à avertir le public pendant et après une pollution, comme en cas d’écoulement d’eaux usagées.

Les recherches menées par l’association SAS démontrent que 35 plages britanniques ne respectent pas cette règle. Pour une raison simple : les autorités locales n’ont jamais réclamé de données sur les débordements d’eaux usées aux compagnies d’eaux.

Plus grave, certains baigneurs se sont plaints de maladies. SAS met en garde contre les pathologies encourues après une baignade dans ces « fausses plages propres », telle l’hépatite A et la gastroentérite.

Les surfeurs ont d’ores et déjà substitué aux pavillons bleus des drapeaux marrons sur certaines plages.  



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus