Les papillons de jour s’éclipsent

Le 16 mars 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le fadet des tourbières pourrait disparaître
Le fadet des tourbières pourrait disparaître

16 espèces de papillons de jour sont menacées de disparition en France métropolitaine, selon le nouveau chapitre de la Liste rouge, consacré pour la première fois dans l’Hexagone à un groupe d’insectes. 18 autres espèces sont «quasi menacées».

Ce risque a été étudié auprès de 253 espèces par le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’histoire naturelle, en collaboration avec l’Office pour les insectes et leur environnement et la Société entomologique de France.

Les populations de papillons de jour ont déjà chuté en France au cours des années 70 et 80 en raison de l’intensification des pratiques agricoles et d’une urbanisation croissante. Leur déclin reste à l’ordre du jour, révèle cette étude, à cause de la disparition progressive des espaces naturels.

Sur les 16 espèces particulièrement menacées, 11 sont déclarées «vulnérables», 3 «en danger», et 2 «en danger critique».

Les papillons de jour sont en effet des espèces sensibles aux modifications de leur environnement. L’azuré de la sanguisorbe (Maculinea teleius), classé comme «vulnérable», se réduit en même temps que disparaît la sanguisorbe officinale, l’unique plante-hôte de ce papillon, présente dans les prairies humides.

La mélibée (Coenonympha hero) risque de s’éteindre à cause du remplacement des prairies humides -où vit sa plante nourricière, la molinie- par des plantations de résineux. Ce papillon n’est plus présent que dans quelques localités du Jura et se trouve désormais en danger critique en France.

Autre espèce en danger critique, l’hespérie du Barbon (Gegenes pumilio), est pour sa part victime du développement des routes et des zones urbaines sur le littoral méditerranéen. Elle n’aurait pas été observée depuis plus de 10 ans.

Selon l’étude, le changement climatique présente une menace supplémentaire pour ces espèces, qui recherchent des conditions de vie plus favorables vers le nord ou en altitude. Lorsqu’elles ne trouvent pas de nouveaux refuges, elles ont tendance à s’éteindre, comme le montre le fadet des tourbières (Coenonympha tullia), classé en danger.

Seule une meilleure préservation des habitats naturels peut permettre d’enrayer le déclin de ces espèces de papillons, rappelle l’UICN.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus