Les palettes en bois vont devoir être traitées

Le 19 octobre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Nématode du pin, capricorne asiatique, chrysomèle : les insectes ravageurs profitent des échanges internationaux pour coloniser de nouveaux continents. Pour contenir le phénomène, de nouveaux traitements sont désormais obligatoires sur les bois de palettes et d'emballages.

Depuis 2000, la nématode du pin ravage les forêts du sud du Portugal au point que plus une grume ne peut sortir de la région. Vecteur de l'invasion : les scolytes, de petits insectes foreurs transportant sur eux des oeufs du ravageur des résineux. Les scolytes sont arrivés d'Amérique à l'intérieur du bois des palettes servant à arrimer les marchandises. La France vient de son côté de connaître deux alertes sérieuses en 2003 et 2004. Les services de protection des végétaux tentent de stopper la propagation du capricorne asiatique. Cet insecte est arrivé dans la région nantaise en voyageant dans l'emballage de dalles de granit de Chine. Il est signalé dans la région de Gien où il a emprunté cette fois des palettes supportant des plaques de fonte :"le capricorne asiatique provoque des dégâts énormes, rappelle Pierre-Emmanuel Savatte, chargé d'études au bureau de protection des végétaux du ministère de l'Agriculture. New York, il a fallu abattre pas moins de 18 000 arbres à cause de lui".

Pour éviter que ces nuisibles n'infestent le monde entier en profitant de l'augmentation des échanges commerciaux, la communauté internationale a édicté une réglementation phytosanitaire imposant le traitement en amont de tous les emballages en bois vert dont l'épaisseur est supérieur à 6mm, espace vital nécessaire à la survie des insectes. Ce règlement NIMP n°15 s'inscrit désormais dans le droit français. Se conformer au règlement ne sera pas simple. Le secteur est en effet très éclaté :"il y a près de 800 entreprises sur le secteur, généralement des PME, dont l'activité peut être très différente, détaille Jean-Marie Tanguy, secrétaire général du syndicat de l'industrie et des services de la palette (SYPAL). Certains intègrent toute la filière, de la forêt au produit fini, d'autres ne font que de la palette, il y a les spécialistes de la caisse et il faudra expliquer aux réparateurs qu'ils sont aussi concernés". La palette est par ailleurs un produit très répandu. La France seule en fabrique tous les ans plus de 60 millions d'exemplaires. Il y en a des milliards actuellement en circulation dans la monde, une palette servant au moins sept ans. On la répare pour la faire durer. Or, à chaque adjonction d'une nouvelle planche, il faudra traiter.

Pour éradiquer les nuisibles, il n'y a que deux solutions techniques : la fumigation et le traitement à la chaleur. La fumigation consiste à épandre un biocide en atmosphère confinée. Le produit traditionnellement utilisé, le bromure de méthyle, étant en cours d'interdiction du fait de ses effets nocifs sur la couche d'ozone stratosphérique, les fumigateurs vont devoir trouver un substitut. Le traitement à la chaleur impose d'obtenir une température de 56° au coeur des planches pendant 30 minutes. Certains pays comme l'Australie ne reconnaissent que cette méthode. Il est trop tôt pour dire quels seront les choix techniques des industriels :"mais pour bon nombre d'entreprises ayant acquis des chaudières brûlant des co-produits comme les copeaux ou les chutes de fabrication, la chaleur est une solution évidente, estime Jean-Marie Tanguy. En revanche, les traitements sur le quai d'embarquement, des bois de calage devraient se faire à la fumigation". Les grands ports d'exportation abritent d'ailleurs des professionnels de la fumigation qui devront changer leurs pratiques professionnelles. Plus question en effet de traiter les containers dans la cale du navire. Il faudra le faire en site dédié à quai. Dès cet automne, les directions régionales de l'agriculture et des forêts (DRAF) et les services régionaux de la protection des végétaux, vont visiter toutes les entreprises du secteur pour envisager les investissements à entreprendre. Combien tout cela va-t-il coûter? Toute évaluation est prématurée même si certains prédisent un renchérissement du coût de la palette d'environ 10%.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus