Les pages «Planète» du quotidien Le Monde supprimées

Le 29 avril 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un
Un
DR

A partir d’aujourd’hui, le journal Le Monde propose un nouveau cahier économie quotidien de 12 pages et supprime les pages «Planète». Créée en septembre 2008, cette dernière rubrique traitait aussi bien des questions de climat, de transition énergétique, que de démographie, de santé et environnement, d’alimentation ou de biodiversité. Désormais, la dizaine de journalistes qui composent le pôle «Environnement et Science» seront rattachés au service «International».  Leurs sujets seront désormais ventilés entre les rubriques Internationale, Nationale ou Economie, «selon leur coloration», explique un des journalistes concernés, interrogé par Le Journal de l’environnement.

Face à cette décision «prise sans concertation» -selon un courrier interne- l’inquiétude est «forte». L’équipe «regrette profondément ces décisions qui ne figuraient pas dans le projet rédactionnel de Natalie Nougayrède [la nouvelle directrice de la rédaction]. Elle considère que la disparition de ces pages quotidiennes dédiées, qui constituaient un espace original par rapport à l’offre des autres médias, est en totale contradiction avec la volonté affirmée de vouloir faire un journal qui se distingue de sa concurrence.»

 

Cité par le site Arrêt sur Images, le directeur adjoint de la rédaction, Vincent Giret, explique qu'il s'agit simplement d'un «mode de rangement différent des rubriques.» Une explication très proche de celle donnée par l’un des rédacteurs en chef du New York Times, Dean Baquet, lors de la suppression début 2013 des pages «Environnement» du quotidien. «Les histoires environnementales relèvent à la fois de l'économie, des affaires, du national, du régional, parmi d'autres sujets. Elles sont complexes. Nous avons besoin de gens dans les différents services pouvant couvrir les différentes parties d'un sujet.» Une philosphie proche de celle des dirigeants du Guardian britannique qui conserve, lui, sa rubrique Environment, sur son site internet.

 

Rangement ou grand ménage? A lire les quelques lignes envoyés à sa rédaction par Hervé Kempf -qui tient une chronique sur l’écologie chaque semaine dans le journal- c’est la capacité même des dirigeants du Monde à saisir l’intérêt d’une rubrique dédiée à l’environnement qui est en question: «Je considère comme une régression dramatique la disparition de ces pages, quels qu’aient été leurs défauts, que je ne désespérais pas de voir corrigés. Et l’essentiel est qu’il est indispensable, crucial, vital, que les grands médias rendent compte de la gravité de la crise écologique, de ses manifestations dans notre pays comme dans tant d’autres, des luttes pour tenter de l’enrayer, des alternatives qui s’élaborent pour faire naître une société plus en accord avec la biosphère.»

 

Lors du lancement de la rubrique, le directeur de la rédaction d’alors, Eric Fottorino, présentait ainsi l’ambition des pages «Planète»: «Se borner à rendre compte des catastrophes planétaires, des cyclones, raz de marée, fontes des glaciers et autres destructions forestières serait inapproprié, de même qu’observer les migrations par le seul prisme des réfugiés écologiques ou des sans-papiers désespérés. Au contraire, tout un chacun, individu, entreprise, Etat ou groupe d’Etats, unions régionales ou mondiales, est en mesure d’apporter des solutions aux défis naturels de ce troisième millénaire.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus