Les ONG orchestrent le retour de l’aigle de Bonelli

Le 22 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
31 couples subsistent en France.
31 couples subsistent en France.
CORA

 

Cinq aiglons de Bonelli (Aquila fasciata), nés en captivité en France, ont été réintroduits en Espagne pour y renforcer les populations locales de ce rapace méditerranéen emblématique en déclin, a annoncé vendredi 22 juin la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).??

 

Les 5 aiglons avaient été acheminés le 1er juin dernier par l'association espagnole Grefa dans des aires spécialement aménagées dans les provinces de Madrid et de Navarre.

 

Selon les experts de la LPO, un séjour au nid d'au moins 15 jours avant l'envol est indispensable afin que ces oiseaux puissent en mémoriser les caractéristiques et y revenir régulièrement chercher pitance jusqu'à leur émancipation.?

 

«Ils ont bien fait les premiers vols, ils sont revenus se nourrir au nid, cela n'a pas été un problème, mais maintenant il va falloir les retrouver pour être sûr qu'ils soient bien installés dans leur nouvel environnement», a expliqué à l'AFP Patrick Ladiesse, porte-parole de la LPO.??

 

En août dernier, la première réintroduction de deux aigles de Bonelli nés en captivité dans le centre de l'Union française des centres de sauvegarde (UFCS), en Vendée, avait eu lieu sur l'île de Majorque et dans la province de Navarre également.??

 

Au total, Grefa a prévu la réintroduction dans la nature cette année de 9 poussins nés en captivité (4 espagnols et les 5 français).??

 

La population d'aigles de Bonelli en liberté compte actuellement 750 couples, dont la moitié se trouve uniquement en Andalousie, selon la LPO. Ainsi 50% de la population est répartie sur moins d'un quart du territoire, a précisé Patrick Ladiesse. Et dans le nord, les populations sont en train de diminuer fortement, notamment en raison d'une grosse pression de la chasse, non pas directement des chasseurs qui tirent sur les oiseaux, mais par empoisonnement des rapaces qui concurrencent les chasseurs, selon lui.??

 

Des deux côtés des Pyrénées, les rapaces sont menacés de mort par électrocution, tir et empoisonnement, et par la dégradation de leurs habitats naturels.??

 

En France, on a recensé l'an dernier 31 couples de rapaces vivant en liberté soit une chute de 80% par rapport aux effectifs de 1960. Un programme de reproduction en captivité a débuté en 1990 avec l'ouverture de deux centres par l'UFCS, l'un en Ardèche et l'autre en Vendée.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus