Les ONG invitées à «verdir» le plan de relance

Le 26 décembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l’occasion d’une réunion organisée à l’Elysée vendredi 19 décembre, Nicolas Sarkozy a invité les ONG à remettre d’ici janvier leurs propositions pour «verdir» le plan de relance de l’économie.
Vendredi dernier, le président a reçu les représentants des principales ONG (1), au côté de son conseiller diplomatique, Jean-Daniel Lévitte, du ministre chargé de l’environnement Jean-Louis Borloo et de la secrétaire d'Etat chargée de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. L’objectif? Valoriser l’accord européen sur le climat obtenu par la présidence française suite aux critiques exprimées par les ONG (2). «Le chef de l’Etat nous a reproché de ne pas tenir compte du contexte de crise sociale associé à des fortes pressions des industriels», a expliqué Arnaud Gossement, porte-parole de France nature environnement (FNE). Toutefois, selon ce dernier, «il ne s’agit pas d’opposer l’écologie à l’économie».
Les ONG prônent en effet un plan de relance «vert» qui soit l'occasion de traduire les engagements du Grenelle et les objectifs du paquet Climat et non pas «un plan de relance de la pollution» souligne Serge Orru, directeur du WWF. Le plan de relance décliné en trois lois et neuf décrets, dont certaines mesures-phares ont déjà été votées, prévoit un budget de 26 milliards d’euros. Plusieurs dispositions, telles que trois projets autoroutiers et la prime à la casse pour les automobiles, ont dénoncées par les ONG (3).

Pour aller au-delà des mesures déjà annoncées, le président a invité les ONG à formuler leurs propositions auprès du ministère en charge de l’environnement. Une réunion avec les parties prenantes du Grenelle sera organisée en janvier.

Dans un communiqué du 22 décembre, FNE prône l’adaptation de l’existant: «rénover le réseau ferroviaire et relancer le fret, rénover les outils industriels pour fabriquer des produits éco-conçus, rénover le bâtiment existant». Sur la question des déchets, l’ONG plaide pour une fiscalité dissuasive à l’encontre du stockage et de l’incinération, et le soutien à l’éco-conception et au recyclage. En revanche, FNE dénonce le projet de nouveau régime d’enregistrement des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), examiné dans le cadre d’une procédure d’urgence à l’Assemblée (4). «C’est un vieux projet, non discuté lors du Grenelle, porté par le lobby industriel, qui permettrait d’assouplir les contrôles environnementaux des industries dangereuses», souligne Arnaud Gossement. FNE, mais aussi WWF et Réseau action climat (RAC-France), plaident pour la prise en compte des critères de performance énergétique dans le soutien à la construction de logement sociaux dès 2009.

Les ONG espèrent que la volonté politique affichée par le chef de l’Etat se concrétisera. Sandrine Mathy présidente de RAC-France a toutefois noté l’absence de Patrick Devedjian, nouveau ministre en charge de la relance économique, lors de la réunion de vendredi à l’Elysée.

(1) Greenpeace, WWF, Ligue ROC, Ligue de protection des oiseaux (LPO), Réseau action climat (RAC) et Ecologie sans frontières (ESF)
(2) Voir l’article du JDLE «Accord sur le paquet Climat-énergie»
(3) Voir l’article du JDLE «Un plan de relance pas très ‘vert’»
(4) Projet de loi pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus