Les oiseaux européens, tombés sous la PAC

Le 26 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des vanneaux huppés dans un champ
Des vanneaux huppés dans un champ

Au moment où la réforme de la Politique agricole commune (PAC) est âprement discutée au sein du Conseil et du Parlement européens, les associations écologistes s’inquiètent d’un verdissement de façade de la nouvelle PAC pour la période 2014-2020. Or le 13 juillet dernier, un important débat de la société civile «The CAP towards 2020 – taking stock with civil society», organisé par la Commission européenne, a fait le point sur ce qu'attendent les ONG de la nouvelle PAC.

Pour les écologistes, l’actuelle PAC encourage des pratiques agricoles nuisibles à l'environnement. L'intensification des cultures s'accompagne d'une utilisation trop importante de produits chimiques et d’une perte de diversité des paysages, notamment avec les opérations de remembrement et d’arrachage des haies.

Un point de vue confirmé par une récente étude réalisée par BirdLife international et le Conseil européen pour le recensement des oiseaux. Selon les données récoltées, qui proviennent de suivis des oiseaux nicheurs de 23 pays de l'UE dont la France, collectées et analysées via le Programme paneuropéen de suivi des oiseaux communs (PECBMS), le déclin des populations se poursuit.

L'indicateur des oiseaux des milieux agricoles combine les tendances globales des populations de 37 espèces classées en tant qu'oiseaux des milieux agricoles. Parmi elles, 22 sont en déclin contre seulement 6 en augmentation, 6 autres sont stables et 3 ont des tendances incertaines. Plus généralement, l'indicateur montre un déclin de 52% depuis 1980. Ceci équivaut à une perte de plus de 300 millions d'oiseaux des milieux agricoles sur les 30 dernières années.

L’étude cite quelques espèces autrefois communes de nos campagnes, comme l’alouette des champs (Alauda arvensis), dont 39 millions d'oiseaux ont disparu, soit un déclin de 2% par an en moyenne. Pour le pipit farlouse (Anthus pratensis), il s’agit de 12 millions d'oiseaux disparus (déclin: 2% par an en moyenne). La linotte mélodieuse (Carduelis cannabina): 25 millions d'oiseaux disparus, (déclin de 3% par an). Le bruant jaune (Emberiza citrinella): 21 millions d'oiseaux disparus, (déclin: 2% par an). Le moineau friquet (Passer montanus): 40 millions d'oiseaux disparus, (soit un déclin de 1% par an). Et enfin pour le vanneau huppé (Vanellus vanellus), 2 millions d'oiseaux ont disparu, (déclin de 2% par an).

Bien que certaines espèces déclinent moins dans les nouveaux pays de l'UE ou y sont en croissance (comme le moineau), les tendances les moins négatives dans ces pays ne peuvent compenser le dramatique déclin global des oiseaux communs des milieux agricoles de l'UE.

Or les oiseaux sont d’excellents indicateurs pour mesurer la santé des écosystèmes. Ces nouvelles données montrent donc que les populations de nombreuses espèces sont à leur plus bas niveau depuis que ce suivi existe.

«Aujourd'hui, le verdissement annoncé de la PAC est en train de tourner au greenwashing. Ces nouvelles données devraient nous aider à recentrer le débat sur les priorités: les décideurs doivent avoir la volonté politique d'inverser la tendance pour la biodiversité des milieux agricoles» déclare dans un communiqué la Ligue de protection des oiseaux (LPO) -l’association qui représente BirdLife en France.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus