Les OGM connaissent leur premier recul mondial

Le 14 avril 2016 par Romain Loury
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Baisse de 3% aux Etats-Unis
Baisse de 3% aux Etats-Unis
DR

Pour la première fois en 20 ans, les OGM ont connu en 2015 un recul dans le monde, avec une baisse de 1% des surfaces cultivées. Un pur effet conjoncturel, espère l’International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (ISAAA), regroupement des semenciers GM.

Tristounet, ce 20e anniversaire: après 19 ans de croissance ininterrompue depuis 1995, dont 12 années avec un taux à deux chiffres, les OGM semblent connaître leur premier coup d’arrêt. Déjà en 2014, la croissance de 3,6% au niveau mondial paraissait artificielle, avec une progression uniquement dans les pays acquis à la cause des OGM, mais un recul dans plusieurs d’entre eux.

Publié mercredi 13 avril, le bilan annuel de l’ISAAA fait état de 179,7 millions d’hectares cultivés en 2015, contre 181,5 Mha en 2014, soit une baisse de 1%. Ce recul est observé aux Etats-Unis, principal pays cultivateur (de 73,1 à 70,9 Mha, -3%), mais aussi au Canada (-5,2%), en Chine (-5,1%), au Paraguay (-7,7%), en Afrique du Sud (-4,8%), en Uruguay, aux Philippines, au Burkina Faso et au Mexique.

Brésil et Argentine en hausse

Parmi les 5 principaux pays à OGM (Etats-Unis, Brésil, Argentine, Inde, Canada), seuls le Brésil et l’Argentine connaissent une légère hausse de la surface cultivée, de respectivement 4,7% et 0,8%. En Europe, 5 pays continuent à en cultiver, l’Espagne, le Portugal, la République tchèque, la Slovaquie et la Roumanie, tous en-dessous de 100.000 ha et exclusivement du maïs MON810.

Comment expliquer cette baisse? Outre la sécheresse en Afrique, où trois pays (Afrique du Sud, Burkina Faso, Soudan) cultivent des OGM, l’ISAAA évoque un effet mécanique, avec une baisse de la surface totale cultivée, GM ou non, en raison de faibles prix agricoles en 2015. Selon elle, la progression pourrait reprendre avec une hausse des prix.

Pour l’association Inf’OGM, «cette explication est, selon nos propres informations, légèrement mensongère: aux Etats-Unis, les surfaces de maïs et de coton transgéniques ont diminué en pourcentage, passant de 93% à 92% pour le maïs et de 96% à 94% pour le coton. De même au Burkina Faso, les surfaces en coton Bt ont diminué drastiquement suite à une décision de la filière dans son ensemble face à des fibres d’une piètre qualité».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus