Les océans perdent leur souffle

Le 16 février 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Déjà 2% d'oxygène en moins depuis 1960
Déjà 2% d'oxygène en moins depuis 1960

Le volume d’oxygène contenu dans les océans a diminué de plus de 2% depuis 1960, ce qui risque de menacer les écosystèmes, selon une étude publiée le 15 février dans la revue Nature.

 

Pour la première fois, des chercheurs du Centre de recherche océanographique de Kiel (Allemagne) publient une évaluation mondiale de la teneur en oxygène des océans. Jusqu’ici, les travaux se focalisaient sur des régions spécifiques ou des périodes plus courtes.

Basée sur des millions de mesures, cette étude montre une baisse de plus de 2% au cours des 50 dernières années. Sous l’effet du réchauffement climatique, les eaux de surface -plus chaudes- absorbent moins d’oxygène que les eaux froides et stabilisent la stratification de l’océan. Résultat: cela affaiblit la circulation entre les eaux de surface et les eaux profondes et réduit la quantité d’oxygène transportée vers les fonds marins.

 

Pacifique Nord et Arctique

Si le Pacifique Nord a connu la plus forte réduction d’oxygène, cette tendance à la baisse est également observée dans l’Arctique, l’Atlantique équatorial, l’Atlantique Sud et l’océan Austral. Pour les autres régions, les estimations ne s’avèrent pas significatives sur le plan statistique.

L’océan Arctique est également dans une situation particulière. S’il représente seulement 1,2% du volume des océans, il a vu sa teneur en oxygène baisser de 7,6%. «C’est une indication supplémentaire qui montre que cet océan change beaucoup plus rapidement que n’importe quel autre sous l’influence du réchauffement climatique», commente dans Nature Denis Gilbert, chercheur à l’institut canadien Maurice Lamontagne.

 

Perturbations en chaîne

A l’avenir, les modèles prévoient une baisse de l’oxygène dissous dans les océans de 1 à 7% d’ici 2100.

Selon les scientifiques, ces pertes peuvent avoir de graves conséquences sur les cycles nutritifs et les habitats marins, ainsi que sur la pêche et les activités économiques côtières. Dans les zones où le taux d’oxygène est déjà bas, de nouvelles baisses pourraient atteindre des seuils critiques pour la survie de certaines espèces.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus