Les nouveaux plans de pêche de Bruxelles

Le 27 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Deux semaines après avoir publié ses propositions de quotas de pêche pour la Baltique [JDLE], la Commission européenne a présenté aujourd'hui 27 septembre sa première proposition de pêche en Atlantique et mer du Nord pour 2012.
 
Cette proposition fixe les niveaux des totaux admissibles des captures (TAC) et de l’effort de pêche pour les stocks halieutiques gérés exclusivement par l’Union européenne. Elle ne s'applique pas aux stocks gérés avec des pays tiers.
 
«Sur la base des avis scientifiques, la Commission propose de relever les TAC pour 9 stocks (certains stocks de cabillaud, de baudroie, de hareng, d'églefin, de merlu, de sole, de sardine et de langoustine) et de les réduire pour 53 stocks», indique l’exécutif communautaire, dans un communiqué.
 
Au total, la Commission propose de réduire de 11% les TAC (en poids) par rapport à l'année 2011. «Le but de la Commission est de fixer les TAC à des niveaux fondés sur des données scientifiques afin de contribuer à la reconstitution des stocks et à la durabilité de la pêche à long terme.»
 
Les limites de capture proposées se fondent sur les avis scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (Ciem) et du comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP).
 
Une seconde proposition sera présentée dans le courant de l’automne et portera sur les 66 stocks pour lesquels les possibilités de pêche doivent être convenues avec les organisations régionales de gestion des pêches, ou dans le contexte de consultations menées avec des pays tiers. Grâce à cette scission de la réglementation, les pêcheurs pourront connaître plus tôt les possibilités de pêche dont ils disposeront en 2012 et seront ainsi en mesure de mieux planifier leurs activités.
 
Pour certains stocks, l'approche à long terme s'est déjà révélée bénéfique. Ainsi, les populations de baudroie dans le nord et le nord-ouest de l'Espagne peuvent attendre des niveaux durables (RMD) dès 2012, même avec un volume plus important de captures (hausse de 110% du TAC proposé) et les TAC applicables au cabillaud de la mer Celtique et du golfe de Gascogne peuvent être augmentés «en toute sécurité» de 141%.
 
Toutefois, la situation de certaines espèces reste très préoccupante. Raison pour laquelle la Commission propose de stopper la pêche au cabillaud dans les eaux de l'ouest de l'Ecosse, de la mer d'Irlande et du Kattegat. L'insuffisance des données constitue un obstacle à la gestion de ces stocks et, malgré des réductions successives des TAC au cours de ces dernières années, les stocks ne sont toujours pas reconstitués.
 
En ce qui concerne les stocks pour lesquels on ne dispose pas de données suffisantes pour pouvoir en estimer correctement la taille, la Commission a appliqué le principe de précaution et procédé à une réduction des TAC de l'ordre de 15 à 25%, qui sera maintenue jusqu'à ce que des données fiables soient disponibles.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus