- 

Les normes sur l'acoustique des bâtiments

Le 08 novembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
bruit6
bruit6

L'Afnor a publié la dernière partie de la norme consacrée au "calcul de la performance acoustique des bâtiments à partir de la performance des éléments". Cette norme a surtout permis l'élaboration de logiciels de mesure du bruit, de vrais outils d'aide à la décision pour les entreprises du bâtiment.

La partie 6 de la norme NF EN 12354 sur l'acoustique dans le bâtiment a été publiée le mois dernier par l'Agence française de normalisation (Afnor). Il s'agit du dernier chapitre sur le calcul de la performance acoustique des bâtiments à partir de la performance des éléments, les éléments étant tout objet à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment pouvant émettre des bruits. Publiées depuis plus de deux ans, les six parties de cette norme donnent une méthodologie en matière acoustique pour mettre en oeuvre les textes réglementaires.

Il s'agit d'offrir aux bureaux d'études une batterie de calculs qui permettent d'assurer une qualité acoustique conforme aux seuils de décibels à respecter. Ainsi la nouvelle réglementation acoustique (NRA), instituée par un arrêté du 13 octobre 1994, relatif à l'isolation acoustique des bâtiments d'habitation, a fixé un seuil plancher de l'isolement d'une pièce à 53 décibels (Db). Plus la valeur est élevée, plus cela signifie que les bruits aériens se s'étendent pas aux logements voisins. Les bruits extérieurs parvenant dans un logement ne doivent pas atteindre plus de 30 Db.

Les mesures s'effectuent, grâce à des logiciels développés sur la base de ces normes, avant et après la construction de ces bâtiments. "Cette nouvelle technologie informatique apporte des évolutions fondamentales pour le secteur du bâtiment. Auparavant, les calculs sur l'acoustique prenaient au mieux deux jours, maintenant en une dizaine de minutes, nous disposons des résultats attendus. En plus, nous pouvons faire des simulations de répercussions acoustiques pour rendre nos calculs plus intelligibles", explique Philippe Guignouard, vice-président du Groupement des ingénieurs acousticiens (GIAC) et directeur de Lasa, un bureau d'études acoustiques. Par exemple, dans une salle de spectacle en projet, les ingénieurs peuvent désormais reproduire ce qu'un spectateur entendra à partir d'un siège particulier, en prenant en compte les critères de réverbération et d'intelligibilité de la parole. Il s'agit donc d'un outil d'aide à la décision pour le maître d'ouvrage qui peut alors choisir le matériel approprié tout en prenant en compte les critères esthétiques avancés par l'architecte et les aspects financiers.

Ces choix s'opèrent en plus aujourd'hui dans une gamme de produits plus larges. "Il y a 15 ou 20 ans, on trouvait peu de matériaux permettant une qualité acoustique. Désormais les industriels proposent une gamme étendue de produits", explique Philippe Guignouard. Plaques de plâtre avec des trous ou pièces en bois avec des rainures ou des trous carrés, l'esthétique et le confort ne sont plus des critères secondaires.

Outre les logements, les normes aident à la mise en oeuvre des réglementations relatives aux locaux d'enseignement, aux établissements de santé et aux hôtels. Ces textes diffèrent notamment en raison des activités réalisées dans ces locaux. Les hôpitaux ne doivent pas avoir des chambres trop isolées pour que les malades puissent être entendus des infirmières. Le mobilier médical est très souvent déplacé, ce qui n'est pas le cas de celui des hôtels.

La norme se décompose en six parties. La première est une méthode de calcul pour évaluer l'isolation entre deux pièces ou logements voisins. La deuxième s'attache aux bruits d'impact (bruit de pas sur le sol, mobilier que l'on déplace, etc.). La troisième mesure les bruits venant de l'extérieur comme les infrastructures routières ou ferroviaires. La quatrième est consacrée aux bruits intérieurs perçus à l'extérieur, une norme destinée surtout aux locaux professionnels dont les activités peuvent déranger le voisinage. La cinquième permet d'évaluer les bruits des équipements installés dans les pièces ou les logements comme le chauffage ou la climatisation. Et la dernière est dédiée aux pièces et espaces fermés. Cette norme NF EN 12354 permet l'application de la directive 89/106/CEE sur le rapprochement des dispositions communautaires sur les produits de construction.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus