Les néonicotinoïdes bientôt au Sénat

Le 29 janvier 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Joël Labbé, sénateur EELV du Morbihan
Joël Labbé, sénateur EELV du Morbihan
DR

Présentée le 4 février devant le Sénat, une nouvelle proposition de résolution vise à suspendre tous les usages de trois néonicotinoïdes au niveau européen. Lancée par le sénateur Joël Labbé, la mesure vise à étendre la mesure à tous les néonicotinoïdes, à tous les usages.

Néfastes pour les abeilles, les néonicotinoïdes pourraient entraîner des dégâts bien au-delà, sur l’ensemble de la faune, comme l’ont révélé des travaux publiés à l’été 2014 par un consortium international de scientifiques. Et plusieurs études ont mis en cause leurs bénéfices en termes de rendement agricole.

Afin de protéger les pollinisateurs, la Commission européenne a restreint l’usage de trois néonicotinoïdes, à savoir la clothianidine, le thiaméthoxam et l'imidaclopride, depuis décembre 2013, et ce pour une durée de 2 ans. Sont ainsi interdits les semences enrobées, les micro-granules pour le traitement du sol, la pulvérisation pour le traitement foliaire sur les cultures prisées par les abeilles.

Ils restent en revanche autorisés pour les céréales d’hiver, pour les cultures après floraison (même pour les cultures attirant les abeilles) ou pour les traitements en forêt (voir le JDLE). D’autres néonicotinoïdes, dont la toxicité aigüe, mais pas forcément chronique, a été jugée moindre, ne sont pas concernés, tels le thiaclopride, le dinotéfuran et l’acétamipride.

«Agir auprès de l’UE»

Interrogé par le JDLE, le sénateur Joël Labbé (EELV, Morbihan) estime que ces derniers constituent «70% des insecticides» utilisés. La suspension européenne décidée en 2013 «est mieux que rien, la France a été exemplaire sur le sujet. Mais elle était spécifique aux abeilles, alors qu’il faut s’intéresser à l’ensemble de la biodiversité», ajoute-t-il.

D’où sa proposition de résolution, examinée le 4 février par l’hémicycle et «signée par 182 députés et sénateurs de tous les bancs». Son objectif: «inviter le gouvernement français à agir auprès de l'Union européenne pour une interdiction de toutes les utilisations de ces substances néonicotinoïdes tant que les risques graves pour la santé humaine, animale et l'environnement ne seront pas écartés».

L’initiative n’est pas nouvelle: avant celle-ci, la députée écologiste Laurence Abeille en avait déposé une en octobre 2012 (avant la suspension européenne), puis le député socialiste Germinal Peiro en juin 2014. Aucune des deux n’avait finalement été débattue. Celle de Joël Labbé sera donc la première à franchir cette étape.

L’agro-écologie a le vent en poupe

Interrogé sur les chances de succès, le sénateur estime que «ce n’est pas gagné d’avance pour la semaine prochaine, mais ce n’est pas perdu non plus». «Il faut que la population soit mise au courant de l’enjeu, je compte sur elle pour peser sur les politiques afin qu’ils prennent leur responsabilité», ajoute-t-il. Raison pour laquelle le sénateur organise ce jeudi 29 janvier une conférence de presse.

L’actualité pourrait jouer en sa faveur. Vendredi 30 janvier, le ministère de l’agriculture organise une conférence intitulée «L’an 1 de l’agro-écologie», visant en particulier à redonner un nouveau souffle au plan Ecophyto (voir le JDLE ici et ).

Le ministre Stéphane Le Foll «fait preuve d’une volonté indéniable sur le sujet, mais il a face à lui les lobbies des semenciers, et la FNSEA [Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles], pour qui la logique productiviste doit se poursuivre», estime Joël Labbé.

Une fois la suspension européenne arrivée à son terme, difficile d’imaginer que la Commission européenne réautorise les trois néonicotinoïdes dans leurs anciens usages: il y a tout lieu de penser que la mesure sera au minimum prolongée.  «Ce minimum ne nous suffit pas. Si je n’obtiens pas la majorité, je n’en resterai pas là. J’en ai trop appris sur les néonicotinoïdes pour en rester là», assure le sénateur.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus