Les nappes se sont bien rechargées cet hiver

Le 16 avril 2015 par Hélène Bouillon-Duparc
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
83% au niveau normal ou supérieur à la normale
83% au niveau normal ou supérieur à la normale

Selon l’analyse de la recharge 2014-2015 des réservoirs d’eau souterraine de France métropolitaine publiée ce jour par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), la situation est globalement satisfaisante au 1er avril mais des nuances sont à apporter en fonction des régions.

Dans le cycle de l’eau, une partie des précipitations s’évacue par ruissellement et le proche sous-sol s’humidifie progressivement. Au moins 60% de ces eaux sont redistribuées vers l’atmosphère via l’évaporation au niveau des sols et la transpiration des plantes. Le reste s’infiltre plus profondément dans le sous-sol et contribue à alimenter des réservoirs d’eau souterraine. Cette «recharge de nappes» se fait, en gros, du début de l’automne au début du printemps.

Chaque année, près de 34 milliards de mètres cubes d’eau sont prélevés dans le sous-sol métropolitain sur un total estimé à 100 Mdm3, soit 100 km3. Les eaux souterraines représentent près de 20% des prélèvements totaux d’eau et environ 60% de l’alimentation en eau potable.

Après deux années exceptionnelles (excédent de 20%), le bilan pour 2014-2015 est proche de la normale avec toutefois certains contrastes d’une région à l’autre. Ainsi, au 1er avril, pas moins de 83% des réservoirs souterrains affichent un niveau «normal ou supérieur à la normale» sur l’ensemble du territoire. La situation est favorable surtout pour le Sud-est, le bassin Artois-Picardie, l’amont pyrénéen et la Corse. Elle est satisfaisante pour le bassin parisien, le bassin Adour Garonne et le Languedoc-Roussillon. Mais elle est moins bonne sur la nappe Alsace (au nord de Colmar) et la nappe de la Côte-des-Bars en Champagne-Ardenne. Ceci s’explique par une météo hivernale plus humide qu’à l’ordinaire dans le Limousin et les régions méridionales alors que c’est un temps plutôt sec qui a dominé dans le nord de la France.

Ainsi, selon le BRGM, «le niveau actuel des réservoirs souterrains permet d’envisager sereinement la période estivale, la vigilance reste néanmoins de mise en fonction des régions».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus