Les moulins de la discorde

Le 10 avril 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les moulins de la discorde.
Les moulins de la discorde.
DR

Butant sur les seuils des moulins, poissons et sédiments ne peuvent accomplir leur périple. Mais les travaux nécessaires pour rétablir la continuité écologique des quelque 5.800 ouvrages qui posent problème sont difficiles à accepter pour leurs propriétaires. Très conflictuel, ce dossier a fait l’objet d’une ambassade, confiée au Conseil général pour l’environnement et le développement durable (CGEDD), qui préconise de dialoguer en amont et au plan régional.

La France compterait environ 19.000 moulins. Un tiers enjambent un cours d’eau dont l’état écologique commande que le propriétaire réalise des travaux[1] pour les rendre franchissables par les poissons et améliorer le transit sédimentaire. Or, après des années de délaissement, les moulins sont devenus un objet de convoitise, tant pour leur valeur historique et patrimoniale que pour leur potentiel de production d’électricité et leur attrait touristique et sportif. Devant les injonctions communautaires de restauration du bon état écologique des masses d’eau, les esprits se sont échauffés et le CGEDD a été envoyé en pompier. Son rapport, qui ambitionne de «concilier la continuité écologique des cours d'eau avec la préservation des moulins patrimoniaux, la très petite hydroélectricité et les autres usages», constitue une véritable opération de sauvetage de cette «épine dans le pied» qu’est devenu au fil des ans le programme de continuité écologique.

Faire retomber la pression

Même s’il est impératif de respecter les engagements européens, le CGEDD le dit tout de go: l'atteinte des objectifs aux échéances fixées est fort compromise. Et le contexte social est difficile, car selon certaines associations, «cette politique, conçue en faveur de l'environnement, contribuerait à altérer ce dernier. Et les réponses apportées ne parviennent pas à désamorcer la propagation de tels propos». Les politiques n’ont pas été en reste, qui ont donné un écho médiatique puissant aux revendications des propriétaires de moulins, furieux qu’on leur impose des travaux.

Démarche collective locale

Comment sortir par le haut de cet imbroglio? Il est nécessaire de «faire davantage confiance aux territoires». Comment? En associant les élus d'un territoire, ainsi que les acteurs auxquels des efforts sont demandés sur leurs propres ouvrages et qui vont bénéficier d'importantes aides publiques pour y parvenir, «à une démarche collective permettant de définir avec eux une vision partagée de la rivière, intégrant l'ensemble des paramètres écologiques mais aussi paysagers, historiques, culturels ou économiques (dont les usages hydroélectriques actuels ou futurs).» Le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) serait le document idéal pour formaliser le fruit de ce dialogue.

Quelque 100.000 obstacles ont été recensés sur l’ensemble des cours d’eau, allant des barrages aux écluses, en passant par les radiers de pont ou les stations hydrométriques, etc. Si les causes physiques sont identifiées, reste qu’aucune instance scientifique (à une exception près) n’a jamais été saisie pour évaluer la pertinence des programmes des agences de l'eau, analyser leurs résultats sur les milieux, évaluer les risques ou effets négatifs induits par les opérations de restauration, ou approfondir les liens avec le changement climatique. La mission recommande que l’Agence française pour la biodiversité (AFB) –dont le conseil scientifique gagnerait à inclure l'histoire, le patrimoine culturel et les paysages dans ses compétences- se saisisse de ces questions.

Potentiel hydroélectrique à évaluer

La mission recommande également d’effectuer une analyse précise du potentiel de très petite hydroélectricité au plan local, au lieu de se reposer sur des propriétaires à la merci de bureaux d'études ou d'équipementiers, «qui tendent à minimiser les coûts d'investissement et de fonctionnement, qui incluent rarement la réfection du seuil, les coûts de raccordement et les exigences de la continuité écologique. Les illusions de rentabilité ainsi entretenues auprès des propriétaires deviennent ensuite une source de malentendus, de contentieux avec les entreprises et de blocages avec l'administration.»

Un label ‘moulins patrimoniaux’

Enfin, les «usages induits» comme la pêche, les baignades, les pompages en rivière ou dans la nappe d'accompagnement ou le canoë-kayak devraient être anticipés, «plutôt que d'avoir à imaginer, souvent de manière précipitée et avec des oppositions déjà formées, des mesures correctives une fois les projets établis pour chaque ouvrage». Quant à la dimension patrimoniale des moulins, le CGEDD recommande que le ministère de la culture crée un label ad hoc, avec à la clé des «solutions douces».



[1] Dérasement, arasement partiel ou simple brèche dans le seuil, rampe en enrochements ou une succession de micro-seuils, réalisation d'un bras de contournement, passe à poissons ou encore enlèvement ou ouverture des vannes.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus