Les métaux lourds impliqués dans l’autisme?

Le 06 mars 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plusieurs études lient autisme et métaux lourds
Plusieurs études lient autisme et métaux lourds

Les enfants atteints d’autisme semblent plus imprégnés de métaux lourds, dont le plomb, selon une étude américaine publiée dans la revue Biological Trace Element Research.

Suggérée par plusieurs petites études, l’hypothèse d’une association entre autisme et métaux lourds s’expliquerait par l’effet délétère de ceux-ci sur le développement cérébral du fœtus, puis du jeune enfant. James Adams, de l’Arizona State University (ASU) à Tempe, et ses collègues la confortent un peu plus, en confirmant l’existence de taux sanguins et urinaires élevés pour plusieurs d’entre eux, dont le plomb.

Par rapport aux 44 enfants sains utilisés comme contrôles, les 55 autistes, âgés de 5 à 16 ans, présentaient un niveau de plomb surélevé de 41% dans les globules rouges, de 74% dans l’urine. Le taux urinaire de thallium était accru de 77%, celui de tungstène de 44% et celui d’étain de 115% chez les autistes.

Si le faible effectif de l’étude ne permet pas de tirer de conclusion définitive, les résultats suggèrent une association entre le niveau de plusieurs de ces métaux lourds, dont le mercure, avec la sévérité de l’autisme. Selon l’échelle utilisée pour mesurer les symptômes, le taux de métaux lourds expliquait de 38% à 47% d’entre eux, indique l’ASU dans un communiqué.

Alors que la plus forte imprégnation de ces enfants pourrait s’expliquer par une plus grande exposition aux métaux lourds et/ou leur plus grande absorption par l’organisme, les chercheurs s’intéressent à la possibilité d’une moindre excrétion. Un phénomène qui, selon eux, pourrait en partie être lié à la prise d’antibiotiques: en perturbant la flore intestinale, ils favoriseraient des bactéries transformant le mercure inorganique en méthylmercure, que l’organisme absorbe plus facilement.

D’où la possibilité de traiter ces enfants par des médicaments favorisant l’excrétion des métaux lourds. Lors d’une précédente étude, les chercheurs ont obtenu de premiers résultats encourageants à ce sujet, en administrant à des autistes du DMSA (acide dimercaptosuccinique): commercialisé pour la détoxification du plomb chez les enfants atteints de saturnisme, ce médicament a permis de réduire certains symptômes autistiques chez les enfants les plus sévèrement atteints.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus