- 

Les mers d’Europe victimes du changement climatique

Le 15 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les mers d'Europe changent à une vitesse sans précédent, victimes elles aussi du changement climatique. C’est le programme européen de recherche Clamer (Changement climatique et recherche en écosystèmes marins européens, selon l’acronyme anglais) qui aboutit à cette conclusion.

«Les changements sont visibles et beaucoup plus rapides que ce que nous pensions», affirme Carlo Heip, responsable du projet européen qui implique 17 instituts de recherche et universités issus de 11 pays européens et qui étudient toutes les aires marines d’Europe.

Au cours des 25 dernières années, la température des mers a augmenté en raison de la fonte de l’océan Arctique. L’effet combiné de la montée du niveau des mers et de vents plus puissants a contribué à l’érosion de 15% des côtes européennes, selon le rapport.

Le réchauffement s’est accéléré, au cours des 25 dernières années, 10 fois plus rapidement que le taux moyen relevé pour le XXe siècle.
 
Entre 1986 et 2006, l’augmentation de la température de la surface des océans dans les eaux européennes est de 3 à 6 fois plus élevée que la moyenne globale au niveau mondial.
 
«Différentes modélisations suggèrent que d’ici la fin du XXIe siècle, la température de la mer Baltique pourrait augmenter de 2 à 4°c, celles de la mer du Nord de 1,7 °c et le golfe de Gascogne de 1,5 à 5°c», précise le rapport.
 
La fonte de la calotte glaciaire et des glaciers augmente encore l’incertitude. Les dernières estimations pour 2100 suggèrent que le niveau européen des mers pourrait monter de 60 cm à 1,9 m le long des côtes britanniques.
 
La montée des eaux menace des populations qui vivent sur des zones situées sous le niveau des mers mais la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont suffisamment riches pour réussir à se protéger des incursions marines.
 
Les scientifique européens constatent que des modifications de la chaine trophique sont déjà intervenues puisque des espèces marines ont commencé à migrer du Pacifique vers l’Atlantique; et cela grâce aux ouvertures saisonnières au niveau de l’océan Arctique. Ces nouvelles espèces perturbent les écosystèmes d’origine.
 
Cet été la fonte des glaces arctiques a atteint des records. Et sur les 32 années de collecte de données satellitaires, les 5 records de fonte ont eu lieu ces 5 dernières années, probablement en raison d’une conjonction de deux facteurs: le réchauffement climatique et une modification du modèle météorologique.
 
Un été sans aucune glace au pôle Nord devrait prochainement avoir lieu, prédisent les chercheurs européens.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus