Les médecins sont (aussi) responsables du réchauffement climatique

Le 16 février 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les médecins devraient montrer l'exemple en réduisant leur empreinte carbone lors de leurs déplacements à l'étranger: c'est l'idée développée par le professeur Ian Roberts, de la London school of hygiene and tropical medicine, dans le British medical journal (BMJ) daté du 16 février. «Je trouve assez ironique que les médecins, pour qui la protection de l'homme est une responsabilité essentielle, contribuent au réchauffement climatique en étant présents, parfois inutilement, à des conférences organisées à l'étranger». Le professeur cite l'exemple de la conférence de la Société américaine du thorax, organisée début février à San Diego en Californie. Les déplacements en avion pour cette conférence ont, selon une évaluation, généré près de 1.000 tonnes de dioxyde de carbone, l'équivalent des gaz à effet de serre émis par 550 Américains, 11.000 Indiens, ou 110.000 Tchadiens pendant une année. Ian Roberts explique que certaines initiatives existent, comme celle de la Cochrane collaboration, qui a mis en place des systèmes de vidéo-conférence lors de sa réunion annuelle à Dublin en 2006, pour que les médecins puissent «assister» aux conférences sans être obligés de s'y rendre en avion. «Bien sûr, le fait d'assister aux conférences présente de nombreux avantages, ajoute l'auteur. En revanche, dire que cela améliore la pratique médicale est un peu court. Et imaginons que cela l’améliore, en effet: qui déciderait de savoir si les bénéfices sont plus importants que les coûts? Un médecin du Colorado ou un pêcheur du Tchad?»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus