Les leçons de la canicule

Le 03 mai 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
RTE
RTE

Les aléas climatiques s’imposent désormais comme un phénomène récurrent. Tirant les leçons de ces récentes expériences, Réseau de transport d’électricité (RTE) a décidé d’intégrer le facteur climatique dans un nouveau plan d’action afin d’assurer la sécurité d’approvisionnement de ses clients.

La consommation d'électricité est directement influencée par les conditions météorologiques. Ainsi, en hiver ou en intersaison, une baisse de température de 1°C provoque une augmentation de la consommation française pouvant atteindre 1.600 MW (soit l'équivalent de la consommation de 1.600.000 habitants, ou deux fois la ville de Marseille). Dans la mesure où l'électricité ne se stocke pas, RTE doit assurer, au jour le jour, l'équilibre entre la consommation et la production d'électricité. Pour ce faire, la prise en compte des prévisions météorologiques s'avère indispensable.

Depuis la canicule d'août 2003, RTE a affiné le modèle statistique qui lui permet d'estimer au quotidien la sensibilité de la consommation aux températures élevées. Ce modèle est aujourd'hui opérationnel et utilisé par les prévisionnistes et les exploitants de RTE. Parallèlement, le gestionnaire du réseau a signé avec Météo-France un protocole d'information renforcée sur le risque potentiel d'évènements climatiques et météorologiques exceptionnels ou dangereux. Ainsi, en cas de prévision de forte chaleur ou de baisse soudaine des températures, RTE est immédiatement avertie par Météo France. En outre, à la demande des pouvoirs publics, RTE s'est doté d'un système de surveillance et d'alerte, basé sur l'évaluation des marges disponibles pour la gestion de l'équilibre offre-demande. Ce dispositif comporte deux niveaux: un niveau de pré-alerte « orange », traduisant un fort risque de délestage (1) le lendemain en cas d'aléa défavorable, et un niveau d'alerte « rouge » traduisant la quasi-certitude d'un délestage le lendemain. Concrètement, RTE dispose des informations concernant l'état de la production en France (situation prévisionnelle de tous les sites de production et de tous les programmes de maintenance), ainsi que celles relatives aux prévisions de consommations. En cas d'alerte climatique, RTE est désormais en mesure de répercuter l'information vers les producteurs d'électricité afin que ceux ci puissent modifier rapidement leur programme d'approvisionnement.

Pour se préparer et être toujours prêt à affronter les situations les plus critiques, des exercices de crise nationaux seront régulièrement organisés conjointement avec les distributeurs, les producteurs français et les gestionnaires de réseaux de transport voisins. Une cellule de crise pourra désormais être activée à RTE en cas de besoin.

On assure chez RTE que ce plan «canicule» n'occasionnera pas de coût supplémentaire en termes d'infrastructures. Il s'agit plutôt d'une réorganisation interne, d'une plus grande interconnexion avec les réseaux étrangers et d'une meilleure exploitation des flux d'informations. 

(1) Le délestage consiste à couper l'alimentation en électricité d'un ensemble d'usagers afin de ramener la consommation à un niveau compatible avec les possibilités instantanées de production. Ces sont des coupures d'électricité maîtrisées qui permettent d'éviter une coupure généralisée, ou black-out.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus