Les laits maternisés contiennent trop d’aluminium

Le 26 février 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Laits maternisés.
Laits maternisés.
DR

De nombreux laits infantiles vendus en France présentent des quantités non négligeables d’aluminium, révèle une étude menée par l’association «60 millions de consommateurs».

Potentiellement neurotoxique, l’aluminium entre dans la classe des «substances pour lesquelles le risque toxicologique ne peut être écarté», selon l’Etude de l’alimentation totale française (EAT2), publiée en juin 2011: 0,2% des adultes et 1,6% des enfants dépasseraient la valeur toxicologique de référence (VTR). Chez ces derniers, l’exposition aurait même augmenté de 40% depuis l’étude EAT1, réalisée 7 ans auparavant.

Or l’aluminium, présent dans de nombreux emballages, contaminerait de nombreux laits infantiles présents sur le marché, qu’ils soient destinés au 1er âge (de 0 à 6 mois) ou au 2e âge (de 6 mois à 1 an). Selon l’étude publiée dans le magazine 60 millions de consommateurs, 24 des 47 produits testés présentent des quantités mesurables d’aluminium –un constat déjà dressé, fin 2013, au Royaume-Uni (voir le JDSA).

Et ces quantités sont parfois élevées: jusqu’à 485 microgrammes/litre (µg/L) de lait reconstitué pour «Nestlé Nidal Excel Ha2», un lait 2e âge, soit 30% de la dose hebdomadaire tolérable (DHT) d’aluminium. Tous produits confondus, un nourrisson ingérerait en moyenne 12,5% de la DHT.

Une DHT controversée

Or cette DHT, de 1 milligramme par kilo de poids corporel, est fortement sujette à caution: calculée pour l’adulte, elle ne repose sur aucune étude menée chez l’homme, seulement sur des études conduites chez l’animal. De plus, le système nerveux du nourrisson, en développement, est bien plus sensible aux agents neurotoxiques que celui d’un adulte.

Qu’ils dépassent ou non une DHT controversée, les 24 laits maternisés positifs pour l’aluminium s’avèrent tous franchir un seuil plus parlant, celui de 50 µg/L, que l’Union européenne recommande de ne pas franchir pour l’eau du robinet. Six d’entre eux vont même au-delà du seuil maximal autorisé, de 200 µg/L!

L’association a par ailleurs testé 9 laits de croissance, ceux destinés aux enfants de plus de 1 an: aucun d’entre eux ne présentait d’aluminium. Bonne nouvelle… si ce n’est que l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a estimé, en octobre dernier, que ces produits ne sont d’aucun intérêt nutritionnel lorsque l’alimentation est équilibrée (voir le JDSA).

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus