Les insectes, bouclier écologique de l’agriculture

Le 31 juillet 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une chrysomèle du maïs
Une chrysomèle du maïs

Dans les champs agricoles, la diversité d’insectes constitue un frein aux pathogènes des cultures, démontre une étude publiée dans la revue Science Advances. D’autant plus lorsque les espèces présentent de nombreuses interactions entre elles.

Menée par Jonathan Lundgren, chercheur au département américain de l’agriculture (USDA), et ses collègues, cette étude porte un nouveau coup de canif au dogme de l’agriculture conventionnelle, celle des monocultures surtraitées aux pesticides. Ses conclusions: plus un champ abrite d’espèces d’insectes, plus celles-ci interagissent entre elles, et moins les pathogènes engendrent de dommages aux cultures.

Pour montrer cela, les chercheurs ont analysé 53 exploitations américaines de maïs, comparant, pour chacune d’entre elles, le nombre d’espèces d’insectes et leurs effectifs totaux à l’abondance de pathogènes -évaluée en nombre d’individus rapportés au nombre de plantes. Résultat, ce sont celles qui grouillent le plus d’espèces différentes qui sont les moins attaquées.

Un réseau complexe

Mieux que cela, les chercheurs ont analysé les interactions entre espèces d’insectes, telles que les relations de compétition, de prédation, de partage de nourriture ou d’habitats. Et là aussi, la complexité l’emporte haut la main: les zones où les pathogènes abondent sont celles où les insectes interagissent peu entre elles.

«C’est le bon équilibre entre les espèces d’une communauté, avant le nombre d’espèces ou leur abondance, qui contribue à la suppression des pathogènes dans les champs de maïs», concluent les chercheurs. Pour eux, la prochaine étape consistera à analyser s’il existe des interactions plus profitables que d’autres, et de quelle manière les insecticides affaiblissent ces réseaux.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus