Les industriels français baissent leurs émissions de GES

Le 05 juillet 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Association des entreprises pour la réduction de l'effet de serre (Aeres) a rendu public son rapport sur son bilan 2003-2004. Au total, les émissions des 6 gaz à effet de serre (1) concernés par le protocole de Kyoto ont diminué de 25% par rapport à 1990.

Représentant 57% des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'industrie et de l'énergie, soit 128 millions de tonnes équivalent CO2 (t éq CO2) en 2003-2004, les membres de l'Aeres ont économisé en moyenne12 millions t éq CO2 annuels supplémentaires par rapport aux objectifs individuels qu'ils s'étaient donnés en 2002. Née en 2002, l'Aeres est une initiative de 33 sociétés qui se sont engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à publier leurs résultats.

Au lieu d'une diminution de 15% sur la période 2003-2004 par rapport à 1990, les industriels ont diminué leurs rejets de 24,5%. De cette diminution, 15% sont dus à une diversification des sources d'énergie (déchets, biomasse), à l'amélioration de l'efficacité énergétique et des process industriels, au recyclage des sous-produits et au lancement de travaux de recherche et développement. «Les 9,5% additionnels s'expliquent en bonne partie par l'incertitude inévitable des prévisions de production, explique Yves René Nanot, président de l'Aeres. Or, en 2003 et 2004, la production française a globalement été moins bonne qu'annoncée. Les aléas climatiques sont une autre cause importante de cet écart. Malgré la canicule de 2003, l'électricité d'origine nucléaire a été plus disponible que prévu sur l'ensemble de la période 2003-2004. EdF a donc eu moins recours aux centrales thermiques.»

Sur les 33 membres de l'Aeres, 9 n'ont pas atteint leurs engagements, notamment les industries du verre et du ciment qui ont répondu à une demande supérieure aux prévisions. En outre, le ciment a vu diminuer plus vite qu'espéré ses approvisionnements de farines animales. Au total, les 9 sociétés ont émis 626.598 t éqCO2 en trop: soit elles ont utilisé les crédits d'actions précoces (323.036 t éq CO2), soit les échanges de crédits d'émissions avec les autres entreprises de l'Aeres ayant mieux fait que leurs engagements (303.562 t éq CO2). Si le président de l'association ne veut pas confier le montant des transactions, il concède toutefois qu'il a été très faible, puisque le nombre d'entreprises avec des résultats meilleurs que prévus était bien supérieur aux entreprises qui n'ont pas atteint leurs objectifs.

Aujourd'hui, l'Aeres s'attaque à la seconde période d'engagement (2005 à 2007) qui correspond à la mise en oeuvre de la directive européenne sur les permis d'émissions. Cette fois-ci, l'objectif n'est plus une réduction de 15% par rapport à 1990, mais de 13%. Cette différence s'explique en partie par un recours probablement plus important au thermique pour la production d'électricité, et par le fait que les raffineries augmenteront leur consommation énergétique pour désulfurer leurs carburants.



(1): les 6 gaz à effet de serre sont le CO2, le N2O, le CH4, les HFC, les PFC et le SF6.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus