Les industriels britanniques gâchent l'eau

Le 26 août 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
eau industrie
eau industrie

Considérant que l'industrie britannique consomme trois fois plus d'eau que nécessaire, Envirowise, un programme gouvernemental, a lancé au mois d'août Water wealth, une initiative encourageant à économiser l'eau.

Si en France, ce sont les agriculteurs, voire les golfs, qui sont principalement pointés du doigt en ces temps de sécheresse nationale, les Britanniques commencent à s'attaquer, eux, aux industriels et aux commerces, suite à la sécheresse qui frappe le sud de l'Angleterre. Envirowise vise notamment le secteur de l'agro-alimentaire qui utilise 312 millions de mètres cubes (m3) d'eau par an (24% de la consommation des industries et du commerce) et de l'électronique (247 millions de m3, soit 19%). Son crédo: les chefs d'entreprise ne doivent plus considérer l'eau comme une charge fixe.

L'industrie et le commerce, qui représentent un tiers de la consommation du pays, pourraient réduire leur facture d'eau de 30 à 50% «en mettant en oeuvre des techniques de préservation de l'eau simples et efficaces», selon Envirowise qui estime que cela permettrait d'économiser 300 millions de livres (440 millions d'euros) à l'industrie et au commerce d'outre-Manche. Pour cela, le programme gouvernemental met en avant l'intérêt des contrôleurs de flux, des équipements de surveillance, de détection de fuite, etc. «Une entreprise avec une marge bénéficiaire de 5% qui adopte une approche systématique de réduction de sa consommation d'eau pourrait augmenter ses profits de 10%», argue de son côté le Department of environment, food and rural affairs (1) qui rappelle qu'une goutte d'eau tombant toutes les secondes d'un robinet représente une quantité d'eau de 5.000 litres au bout d'un an.

En France, la situation apparaît tout à fait différente. Selon les chiffres de 2001 de l'Institut français de l'environnement (Ifen), le secteur industriel représente 4,5% des volumes consommés, loin derrière les besoins en eau potable (25%) et surtout l'irrigation des cultures (48%), le reste étant pris par le secteur de la production d'énergie (22%).



(1) Defra, l'équivalent britannique du ministère chargé de l'environnement




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus