Les incendies russes tuent aussi à Moscou

Le 09 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le bilan des incendies qui dévastent les tourbières et les forêts russes ne cesse de s’alourdir. Directement, les autorités déplorent désormais 51 victimes. Mais, paradoxalement, ce sont dans les villes que les ravages sanitaires sont les plus importants.

Ce lundi 9 août, en effet, dans un entretien accordé à une télévision russe, le patron des services de santé moscovites s’est montré très alarmiste. Selon Andrei Seltsovsky, près de 700 personnes décèdent chaque jour à Moscou, contre 360 à 380 habituellement. La canicule régnant sur la Russie occidentale et le taux très élevé de monoxyde de carbone et de particules fines produits par les feux sont, probablement, à l’origine de cette surmortalité.

Dimanche, les teneurs en CO dans l’air de Moscou étaient trois fois supérieures aux valeurs limites ; les niveaux de particules fines PM 10 étaient, quant à elles, deux fois supérieures à la normale. Pour éviter toute spéculation, les ventes de masques anti-pollution sont désormais limitées à dix pièces par personne, rapporte RIA Novosti.

Depuis quelques jours, Moscou baigne dans un smog lourd et asphyxiant. Et sur les pistes de l’aéroport de Sheremetyevo (le plus grand de la région), la visibilité est limitée à 500 mètres. Ce qui a considérablement réduit le trafic aérien.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus