Les incendies de forêt, un risque sanitaire émergent

Le 17 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les incendies vont s'intensifier avec le réchauffement
Les incendies vont s'intensifier avec le réchauffement

Alors que la Californie est en proie à une sécheresse historique, les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) conseillent de s’éloigner de la fumée des incendies. Ceux-ci pourraient être plus fréquents au cours du XXIe siècle -et ce, au détriment de notre santé.

Selon le bilan quotidien du National Interagency Fire Center (NICF), 52 incendies faisaient rage sur le territoire américain ce 17 septembre à 13h30 heure de Paris, dont 25 en Californie et 7 dans les deux autres Etats de la côte Pacifique (Oregon, Etat de Washington).

Or la fumée dégagée par les incendies est toxique pour l’être humain: mélange de gaz et de particules fines, «elle endommage les yeux, irrite le système respiratoire et aggrave les maladies cardiaques et pulmonaires», rappellent les CDC.

Le risque est avant tout celui d’une exposition aigüe, chez les personnes proches du sinistre: suite aux incendies survenus en 2003 dans le sud de la Californie, l’aggravation de problèmes respiratoires et cardiovasculaires par la fumée a été à l’origine de 69 décès, 778 hospitalisations et 1.431 visites aux urgences.

Mais la fumée des incendies pourrait aussi avoir un effet chronique, en raison de particules s’accumulant dans l’air et voyageant parfois au loin. Selon une étude américaine publiée en 2013, le taux de particules fines pourrait s’accroître de 46% à 70% dans l’ouest des Etats-Unis d’ici 2050.

Triplement des surfaces incendiées en Europe

Les incendies pourraient donc devenir l’un des tout premiers contributeurs à la pollution atmosphérique dans les prochaines décennies. Et pas seulement aux Etats-Unis. En Europe, les surfaces incendiées pourraient ainsi augmenter de 200% en Europe d’ici 2090, selon une étude de modélisation publiée début septembre.

La hausse pourrait même être de 340% en Europe centrale et dans les pays baltes, voire de 560% en Europe de l’Est et dans les Balkans! Déjà très affectée par le phénomène, la zone méditerranéenne pourrait voir ses surfaces incendiées augmenter de 220%.

Pis-aller ou réelle solution, les incendies préventifs pourraient atténuer l’impact du réchauffement climatique, prévoient les auteurs autrichiens de cette étude. Au lieu d’une augmentation moyenne de 200% si rien n’est fait, la hausse pourrait être ramenée à moins de 50%.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus