Les humains ont de plus en plus soif

Le 27 octobre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lundi, nous sommes 7 milliards.
Lundi, nous sommes 7 milliards.

Alors que le cap des 7 milliards de Terriens devrait être franchi le 31 octobre, l’Organisation des Nations unies s’inquiète des futurs problèmes d’accès à l’eau, la consommation ayant augmenté deux fois plus vite que la population au cours du XXe siècle. Et celle-ci pourrait croitre encore de 50% entre 2007 et 2025, dans les pays en voie de développement, selon un think tank américain. Le XXe siècle fut celui de l’or noir, notre siècle sera-t-il celui de l’or blanc?

 

D’après les Nations unies, c’est le 31 octobre 2011 exactement que le chiffre de 7 milliards d’humains sera atteint. L'augmentation de la population mondiale pose de nombreux défis: sécurité alimentaire, accès à l'eau, migrations, changement climatique, emploi des jeunes et urbanisation, ont affirmé mercredi 26 octobre le Fnuap et la DDC.
 
Selon le dernier rapport du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), présenté à Genève avec le soutien de la Direction du développement et de la coopération (DDC), le monde comptera au moins 2 milliards d'habitants de plus en 2050, soit 9,3 milliards. A la fin du siècle, la Terre devra nourrir entre 10 et 15 milliards d'habitants.
 
L'accroissement de la population mondiale s'est accéléré au cours des siècles: la planète comptait 1 milliard d'habitants en 1804, 2 milliards en 1927, 3 en 1959, 4 en 1974. Elle a franchi le cap des 5 milliards en 1987 et des 6 milliards en 1999.
 
En 12 ans, 1 milliard d'habitants de plus ont été recensés, avec une augmentation actuelle de 80 millions de personnes supplémentaires par an, soit la population de l'Allemagne.
 
L'espérance de vie à la naissance est passée de 48 ans au début des années 1950, à 68 ans au cours de la première décennie du siècle. Simultanément, la fécondité a diminué de 6 à 2,5 enfants par femme, grâce à la planification familiale, la croissance économique et à un accès élargi des femmes à l'éducation.
 
Avec une petite variation de la fécondité, en particulier dans les pays les plus peuplés, les chiffres pourraient être plus élevés: le cap des 10 milliards pourrait être franchi dès 2050 et les 15 milliards en 2100, prévient le Fnuap.
 
La population mondiale est à la fois plus jeune et plus vieille: les moins de 25 ans en représentent 43%, alors que le monde compte 893 millions de personnes de plus de 60 ans. Les aînés seront 2,4 milliards au milieu du siècle.
 
Dans les pays les plus développés, le taux de fertilité moyen est d'environ 1,7 enfant par femme actuellement, soit moins que le niveau de renouvellement de la population (2,1). Dans les pays les moins développés, le taux est de 4,2 naissances, en Afrique sub-saharienne de 4,8.
 
Fait nouveau, la fécondité chute rapidement en Asie et en Amérique latine. L'Asie abrite 4,2 milliards d'habitants et devrait passer à 5,2 milliards en 2052 avant de baisser progressivement. La Chine est le pays le plus peuplé du monde avec 1,35 milliard de personnes, suivie par l'Inde (1,24 milliard). En 2025, l'Inde comptera 1,46 milliard d'habitants, dépassant la Chine qui en aura 1,39 milliard. La population chinoise se réduira à environ 1,3 milliard d'ici à 2050 alors que celle de l'Inde atteindra un pic de 1,7 milliard d'ici 2060.
 
En Afrique où la hausse est la plus forte et cela malgré le sida, l’essor démographique se poursuit. La population africaine a dépassé le premier milliard en 2009 et le second est attendu d'ici à 2044.
 
Selon les Objectifs du millénaire fixés par l'Onu, l'ensemble de la population mondiale devrait avoir accès à la santé reproductive (soins, contraception, etc.) d'ici à 2015. Mais dans 46 pays, un cinquième au moins des femmes mariées ou vivant en couple n'ont toujours pas accès à la contraception, en particulier en Afrique sub-saharienne. L'égalité des sexes et l'accès des femmes à l'éducation et au monde du travail sont aussi des moyens importants pour réduire les taux de natalité.
 
La population mondiale augmente donc toujours. Elle ne devrait se stabiliser, autour de 10 milliards d’habitants, que dans un siècle, selon les Nations unies. Alors que les populations rurales continuent à migrer vers les villes, la consommation d’eau ne cesse d’augmenter et plus rapidement que la croissance de la population mondiale. Selon Kirsty Jenkinson, du World Resources Institute, un think tank américain basé à Washington aux Etats-Unis, l’augmentation pourrait être de 50% dans les pays en voie de développement entre 2007 et 2025, et de 18% pour les pays développés.
 
L’eau viendra-t-elle à manquer lorsque nous serons 9 milliards d’êtres humains sur la terre en 2050? Si la planète regorge d’eau, 97,5% de celle-ci est salée. Des 2,5% restants, les deux tiers se présentent sous forme de glace. Il n’y donc pas beaucoup d’eau à se partager sur terre.
 
Plus d’1 milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable. Et plus de 2 milliards n’ont pas accès aux toilettes. Conséquence: 5 millions d’enfants décèdent chaque année en raison de la consommation d’une eau contaminée par les matières fécales.
Seule 8% de l’eau douce de la planète est employée pour un usage domestique. 70% va à l’irrigation et 22% est consommée par l’industrie.
 
Les sécheresses, les pollutions et les inondations sont les autres facteurs qui contribuent aux pénuries d’eau.
 
Sur la planète, les zones les plus problématiques en matière de gestion des ressources en eau se situent en Australie, dans le bassin de Murray-Darling, au sud ouest des Etats-Unis, dans le bassin du Colorado, au niveau du bassin de la rivière Orange localisé en partie en Afrique du Sud, en partie en Namibie et sur la totalité du Lesotho, et les bassins du Yangtsé et du fleuve Jaune en Chine.
Ce qui manque selon Kirsty Jenkinson, «c’est une approche intégrée de la gestion de la ressource en eau qui prendrait à la fois en compte les besoins en eau et l’endroit et la manière dont l’utilisation serait la plus efficace».
 
L’idée d’une gestion de l’eau à l’échelle d’un bassin hydrographique, qui donc dépasse les frontières, n’est pas nouvelle. La croissance démographique la rend, simplement, encore plus d’actualité.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus