Les HFC pourraient être limités en novembre

Le 29 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les HFC ont été créés suite à l'interdiction des CFC
Les HFC ont été créés suite à l'interdiction des CFC

La limitation des hydrofluorocarbures (HFC), ces gaz fluorés utilisés dans la réfrigération et la climatisation, est en bonne voie, selon la conclusion de la conférence de Paris, qui a réuni les Etats parties au protocole de Montréal du 20 au 24 juillet dans le cadre d’un «groupe de contact».

Signé en 1987, le protocole de Montréal, relatif aux substances appauvrissant la couche d’ozone, a été ratifié en 2009. Modifié à plusieurs reprises, il interdit depuis 2010 les chlorofluorocarbures (CFC) et a par conséquent fait émerger les HFC, sans effet sur la couche d’ozone mais dont le potentiel de réchauffement est de 140 à 11.700 fois supérieur à celui du CO2 sur un siècle. C’est pourquoi des négociations pour limiter ces gaz à effet de serre ultra puissants ont débuté dans ce cadre.

 

Blocage mineur des pays du Golfe

«Si aucun accord formel n’a encore été trouvé, quelques progrès ont été enregistrés», analyse Maxime Beaugrand, représentante en France de l’ONG américaine IGSD[1] qui participe aux débats. Parmi eux, «une volonté notable de tous les Etats membres d’avancer». Les opposants historiques –Chine et Inde- sont ainsi désormais engagés à réglementer les HFC, l’Inde ayant même proposé un texte d’amendement. Par ailleurs, le groupe Afrique avec ses 55 pays membres n’est plus silencieux. Conduit par le Sénégal, il réfléchit à son tour à une proposition.

Au final, seuls les pays du Golfe font blocage depuis novembre dernier, au nom de leur forte consommation d’air conditionné. «Mais ils participent désormais aux négociations, sans doute parce qu’ils veulent bénéficier d’une exemption temporaire», analyse Maxime Beaugrand.

 

Quatre amendements sur la table

Quatre amendements se trouvent aujourd’hui sur la table. Rédigés par les Etats-Unis et le Mexique, l’Inde, l’Union européenne et les Etats insulaires, ils envisagent tous une élimination progressive des HFC, «avec des agendas et des niveaux d’exigence différents», note la représentante d’IGSD. Des différences qui ne seraient toutefois pas incompatibles avec la conclusion d’un accord, lors de la 27e conférence des parties qui se tiendra du 1er au 5 novembre à Dubaï. «Si on parvient à voter ne serait-ce que le principe d’une limitation, cela représenterait un élan très positif un mois avant la COP 21», espère Maxime Beaugrand.

Aujourd’hui, il existe selon IGSD environ 90 projets de substituts aux HFC dans le monde. Une quarantaine d’entreprises ont par ailleurs déjà adopté une technologie différente pour climatiser leurs grandes surfaces.

 

 



[1] IGSD: Institute for governance and sustainable development

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus