Les Hautes-Alpes veulent exploiter leurs barrages

Le 12 juillet 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le conseil départemental des Hautes-Alpes mettra-t-il la main sur le barrage de Serre-Ponçon?
Le conseil départemental des Hautes-Alpes mettra-t-il la main sur le barrage de Serre-Ponçon?
EDF

Le conseil départemental se porte candidat pour la gestion des barrages hydrauliques locaux.

Le très long feuilleton de l’ouverture à la concurrence des concessions des centrales hydroélectriques françaises s’enrichit d’un nouvel épisode. Ce vendredi 12 juillet, le conseil départemental des Hautes-Alpes a voté à l’unanimité une résolution appelant le département à se porter candidat à la gestion des barrages hydroélectriques situés sur son territoire.

436 MW de capacité installée

Dans le collimateur des élus de Gap: le barrage du Sautet (76 MWe), mais surtout celui de Serre-Ponçon. Inauguré en 1955, ce dernier ouvrage, exploité par EDF, abrite une centrale électrique de 360 MWe et régule le niveau d’un barrage de 1,2 milliard de m3 d’eau, ouvert aux usages récréatifs.

En été, les vacanciers installés autour du réservoir génèrent 40% des revenus touristiques du département alpin. Située en Isère, la centrale du Sautet intéresse toutefois le département, car trois de ses communes sont situées sur le cours du Drac, ce qui les place de facto dans le périmètre de la concession.

chances limitées

Première française, la décision des élus hauts-alpins a peu de chance de se concrétiser. Certes, la loi autorise les collectivités à entrer dans le capital de sociétés d’économie mixte (SEM) en charge de la gestion des centrales hydroélectriques.

Mais pour que le rêve du conseil départemental se réalise, deux incertitudes doivent être levées. Pour le Sautet (dont la fin de la concession est proche), les collectivités des Hautes Alpes et de l’Isère (où se trouve la centrale) devront s’accorder sur la constitution d’une SEM commune. Pas gagné.

Pour Serre-Ponçon, il faudra se montrer patient. La concession accordée à EDF n’expire qu’en 2045. De plus, l’Etat pourrait regrouper en une seule concession tous les ouvrages de la chaîne Durance-Verdon[1]. Un système sans doute trop important pour un département de 140.000 habitants.



[1] Cette chaîne comprendrait 30 centrales et 17 barrages pour une puissance totale installée de 2.000 MW.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus