Les grenouilles se découvrent un nouvel ennemi

Le 24 août 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une grenouille léopard
Une grenouille léopard
DR

Déjà menacées par des champignons et des virus, les grenouilles pourraient l’être par un nouveau pathogène, un parasite infectant le foie des têtards. Selon une étude britannique publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas), il pourrait déjà être présent sur l’ensemble de la planète.

 

Au niveau mondial, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) estime que 32% des espèces d’amphibiens seraient en voie d’extinction ou déjà disparues, et que 42% subiraient un déclin. A l’avant-garde de la sixième crise d’extinction, grenouilles, crapauds, salamandres et tritons sont menacés par la destruction de leur habitat, par le réchauffement, ainsi que par diverses maladies infectieuses.

Parmi ces dernières, celles liées au champignon Batrachochytrium dendrobatidis et aux ranavirus sont les mieux décrites. Un autre pathogène pourrait bientôt les rejoindre: il s’agit d’un protozoaire du genre Perkinsea, famille d’organismes unicellulaires surtout connue pour s’attaquer aux mollusques bivalves, dont les moules et les huîtres.

Présent en zones tempérées et tropicales

Dans l’Etat américain de Géorgie en 2006, un de ces organismes avait déjà été retrouvé dans le foie de têtards de grenouilles léopards (Lithobates sphenocephalus), lors d’un épisode de mortalité massive. Sans que l’on soit certain que ce parasite soit responsable de l’hécatombe, sa présence serait loin d’être ponctuelle, comme le révèle l’étude menée par l’équipe de Thomas Richards, de l’université d’Exeter.

Menés sur 182 têtards de diverses espèces, ces travaux révèlent la présence du parasite chez 38 d’entre eux, soit 21%. Et ce dans l’ensemble des six contrées d’origine, aussi bien en zone tempérée que tropicale, à savoir le Royaume-Uni, la République tchèque, la Guyane française, le Cameroun, la Tanzanie et à Sao Tomé-et-Principe.

«Il nous faut maintenant établir si ce nouveau microbe, proche cousin de parasites affectant les huîtres, entraîne des maladies, et s’il pourrait contribuer au déclin des populations de grenouilles», explique Thomas Richards.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus