Les grandes lignes du nouveau rapport du Giec

Le 26 janvier 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec) se réunit à partir de lundi 29 janvier à Paris avant de présenter son quatrième rapport sur les changements climatiques le 1er février. Transmises en avance à la presse, les conclusions de ce rapport révèlent que les émissions anthropiques (d'origine humaine) de gaz à effet de serre sont de façon «très probable» responsables de la hausse des températures moyennes dans le monde depuis le milieu du XXe siècle. Selon le rapport, le réchauffement climatique est sans équivoque, tout comme sont désormais manifestes la hausse des températures moyenne de l'atmosphère et des océans, la fonte des neiges et des glaciers et l'élévation du niveau des mers. Les températures augmenteront probablement entre 2 et 4,5°C au-dessus des niveaux pré-industriels d'ici 2100 si les concentrations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère sont contenues en dessous de 550 parties par million (ppm) contre environ 380 actuellement. Le rapport évoque 6 modèles de projection de l'élévation du niveau des mers, qui vont de 28 à 43 centimètres d'ici 2100. Les phénomènes extrêmes, comme les canicules et les fortes précipitations, seront probablement plus fréquents. Les courants de l'Atlantique, y compris le Gulf stream apportant des eaux chaudes vers le Nord, devraient ralentir d'ici 2100, mais le réchauffement climatique général va vraisemblablement plus que compenser les effets d'un éventuel refroidissement. Un changement brutal est peu probable.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus