Les glaciers alpins fondent comme peau de chagrin

Le 08 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les glaciers des Alpes françaises ont reculé en moyenne de 26% lors des 40 dernières années. C’est le résultat d’une étude réalisée par de chercheurs français et présentée lors de la réunion annuelle de l'American Geophysical Union (AGU) qui se tient à San Francisco en Californie.

Le recul des glaciers s'est fortement accéléré lors des 25 dernières années réduisant l'étendue de la couche de glace à 275 km2 vers la fin des années 2000, soit une perte moyenne de 26% sur les 40 dernières années, selon l'étude réalisée par Marie Gardent et ses collègues de l'Université de Savoie et de Grenoble. A partir de cartes topographiques anciennes et récentes, de photographies aériennes mais aussi d'images satellitaires, les chercheurs ont passé en revue plus de 600 glaciers dans les massifs des Ecrins, de Belledonne, de la Vanoise, de l’Ubaye et les Grandes Rousses ainsi que celui du Mont Blanc.

Le seul inventaire existant datait de la fin des années 1960 - début des années 1970. Il chiffrait alors une superficie des glaciers alpins français à environ 365 km2. Mais en 1985-1986, cette superficie ne couvrait plus qu’environ 340 km2. Depuis le retrait des glaciers s’est encore accéléré.

Les nouveaux chiffres font également ressortir un recul plus important dans les massifs situés dans le sud des Alpes françaises, comme les Ecrins et Belledonne, moins élevés en altitude que le massif du Mont-Blanc. Dans le massif de Belledonne, située sous les 3.000 mètres d'altitude, les glaciers ont quasiment disparus. Et dans les Ecrins, le recul des glaciers a été trois fois plus important que dans celui du Mont-Blanc culminant à 4.810 m.

Cette différence provient aussi du fait qu'il y a moins de précipitations sur les massifs méridionaux moins élevés et plus chauds.

En Autriche, les glaciers ont connu cet été leur plus fort rétrécissement depuis la canicule de 2003, en raison notamment de faibles chutes de neige l'hiver dernier, a indiqué en octobre l'institut autrichien de météorologie (ZAMG).

La couche du glacier Goldbergkees dans le massif du Sonnblick situé près de Salzbourg, par exemple, a perdu deux mètres d'épaisseur et près de 7% de sa masse. Habituellement, les glaciers rétrécissent pendant les mois d'été, mais se reconstituent pendant les mois d'hiver. Au cours des dernières années toutefois, une bonne part de la glace qui a fondu ne s'est pas reconstituée.

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus