Les Français n’aiment pas les milans

Le 25 mars 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Une trentaine de cadavres de milans royaux retrouvés en 2010 en France, 9 depuis début 2011, probablement empoisonnés: des écologistes s'inquiètent, ce vendredi 25 mars, pour l'avenir de ce grand rapace.

 

«Ce rapace, encore commun il y a 30 ans, s'avère aujourd'hui gravement menacé», écrit Allain Bougrain Dubourg, président de Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), dans un communiqué.

D'après la LPO, les autopsies réalisées sur 7 des 9 cadavres découverts cette année ont révélé « un tableau lésionnel compatible» avec une intoxication aux insecticides ou molluscicides.

 

En 2010, les 28 milans royaux décomptés avaient été pour «la majorité, victimes d'empoisonnement», poursuit la LPO, qui dénonce notamment des cas d'intoxication au carbofuran, un insecticide pourtant interdit à la vente en France depuis décembre 2008.

 

«Il est donc certain que ces empoisonnements correspondent à des actes volontaires dirigés contre la faune sauvage et particulièrement contre ceux dénommés à tort comme nuisibles» (renards, fouines, rapaces), écrit Allain Bougrain Dubourg.

 

La population nicheuse du milan royal, rapace diurne d'une envergure qui peut atteindre les 1m65, a diminué de 20% entre 2002 et 2008. Ce rapace figure désormais parmi les espèces vulnérables en France, qui abrite la deuxième population mondiale après l'Allemagne (2.650 couples nicheurs).

 

«Concrètement, la LPO exige que les produits chimiques dangereux pour la faune sauvage soient bannis, que ceux interdits en France ne circulent plus librement sur notre territoire et que des sanctions soient prises à l'encontre des auteurs de ces faits délictueux.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus