Les Français insouciants devant le risque environnemental

Le 20 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le risque inondation pris à la légère
Le risque inondation pris à la légère
DR

Une grande majorité des Français exposés à des risques industriels ou d’inondation se montrent peu conscients de ces dangers, révèle une étude menée par le Commissariat général du développement durable (CGDD).

Les Français seraient-ils trop peu inquiets pour l’environnement? C’est ce que révèle cette l’enquête menée auprès de 4.727 adultes par le service de l’observation et des statistiques du CGDD: le sentiment d’exposition à un risque environnemental est en forte baisse depuis le dernier sondage similaire, mené en 2003.

Recul le plus marqué, le réchauffement climatique, auxquels seuls 42% des Français se disaient exposés en 2013, contre 72% en 2007. Pour la pollution atmosphérique, ce sentiment n’est désormais ressenti que par 56% d’entre eux, contre 62% en 2007. Même constat pour le risque d’accident industriel, dont la perception du risque est passée de 24% à 21%.

Pire, les personnes les plus exposées à un risque en sont souvent peu conscientes. Exemple, les accidents industriels: dans les communes où le danger ne peut être écarté, seules 32,3% des personnes s’estiment directement concernées. De même avec le risque d’inondation: 27,8% des habitants de communes à risque se savent exposés.

L’Etat, acteur préventif qui n’inspire pas confiance

A la question, «est-ce aux pouvoirs publics ou à chacun d’agir pour prévenir les risques?», 40,1% des Français estiment que c’est avant tout le rôle de l’Etat, 20,7% celui des individus, tandis que 36,5% jugent que les deux doivent s’y mettre.

En matière d’information, les Français ne sont en revanche que 11% à déclarer l’Etat comme leur principale source d’information à ce sujet. Au même niveau que les associations (10%), mais loin derrière les collectivités locales (22%), internet (48%) et les médias (76%).

«Dans leur majorité, les Français paraissent douter de l’efficacité des lois et réglementations existantes visant à protéger les biens et les personnes. C’est tout particulièrement le cas en matière de prévention des risques climatiques: seule une personne interrogée sur quatre juge que le cadre juridique est efficace pour assurer la protection de la société face à ce type d’aléas», indique le CGDD.

Méfiance ne rime pas forcément avec connaissance: alors que 56,2% des habitants de communes à risque industriel ne font pas confiance aux mesures de prévention prises par les pouvoirs publics, seuls 10,1% en ont une connaissance précise.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus