Les Français estiment que l’on ne leur parle pas assez d’énergie

Le 28 mars 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A quand l'énergie dans la campagne ?
A quand l'énergie dans la campagne ?

Dans le cadre de la Climate week, la semaine de débats sur le climat organisée par la fondation Terra nova et le WWF, la «boîte à idées» proche du parti socialiste publie un sondage sur les Français et la politique énergétique du pays.

Ainsi deux tiers de nos compatriotes estiment qu’on ne parle pas assez d’énergie dans la campagne. Si le sujet intéresse plus les sympathisants de gauche (EELV, partis de gauche et PS) que de droite, ce sont en tout 61% des Français qui jugent la politique énergétique et climatique française «prioritaire».

Selon ce même sondage, 91% des Français, toutes tendances politiques confondues, pensent qu’il est important d’assurer l’indépendance énergétique du pays, mais pas en se focalisant uniquement sur l’énergie atomique. 90% des personnes interrogées déclarent ainsi qu’il est important de diversifier les sources d’énergie et 83% d’entre elles souhaitent que la part des énergies fossiles et du nucléaire baisse au profit des énergies renouvelables. 

Paradoxalement, l’avenir du nucléaire ne fait pas consensus et le clivage politique est net entre ceux qui restent fidèles à l’atome et ceux qui aimeraient voir les centrales disparaître progressivement. Parmi les 44% de sondés qui souhaitent que la France ne renouvelle pas les centrales en fin de vie, on trouve une forte majorité de sympathisants de gauche et du Modem, alors que les 36% qui pensent que la France doit poursuivre son engagement dans l’atome affichent leur préférence pour la droite ou le Front national.

Mais seulement 54% des Français interrogés estiment qu’il serait possible de produire toute l’électricité nécessaire au pays grâce énergies renouvelables. Ils sont en revanche 87% à penser que le gouvernement devrait favoriser les transports sobres en carbone et en énergie et 79% sont favorables à des déductions fiscales incitant à réduire la consommation d’électricité.

S’ils attendent beaucoup des pouvoirs publics, les Français, quelle que soit leur couleur politique, aimeraient néanmoins être consultés sur la question énergétique. 44% d’entre eux sont ainsi favorables à une procédure participative sur l’avenir de la politique énergétique française, notamment via des débats permettant un vote «éclairé», et 32% sont partisans d’un référendum.

Pour initier la discussion, Terra nova et le WWF interpelleront, samedi 31 mars prochain, les candidats à la présidentielle sur les 12 mesures en matière de politique énergétique, proposées à l’issue des débats de la «Climate week».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus