Les forêts respirent, mais pas encore assez

Le 16 juillet 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’abattage illégal de bois dans le monde a diminué de 22% depuis 2002, a révélé un rapport de Chatham House, l’Institut royal d’affaires internationales de Londres publié le 15 juillet.

Les progrès réalisés par certains pays en la matière sont considérables. Le Cameroun a vu les coupes clandestines de ses forêts se réduire de 50%, l’Indonésie de 75%. Le Brésil, sur le point d’ouvrir 86 millions d’hectares à la déforestation légale (voir le JDLE du 7 juillet), a vu l’abattage clandestin chuter de 50 à 75% depuis 8 ans. Le rapport de Chatham House annonce néanmoins qu’il sera difficile d’améliorer ces chiffres dans les années à venir.

Même si les raisons de ce fort infléchissement varient selon les Etats, trois facteurs y ont contribué conjointement. D’abord la pression des consommateurs, puis les restrictions légales imposées par les pays importateurs et enfin l’attention des médias sur le sujet.

« Malgré les importantes réductions observées, l’abattage illégal reste un problème majeur dans tous les pays producteurs », nuance l’étude. Sam Lawson et Larry MacFaul, les auteurs, préconisent la vigilance car les « gains » obtenus peuvent facilement être perdus. L’abattage illégal est le premier pas d’un processus qui se termine par la déforestation complète.

L’Europe, le Japon et les Etats-Unis sont les plus gros importateurs de bois illégal. Le bât blesse dans les pays de transit tels la Chine et le Vietnam où les contrôles, pas assez rigoureux, devraient être renforcés, selon le rapport. De même, le Japon, plus grand importateur mondial de bois illégal par habitant, est invité à adopter une législation similaire à celle de l’Union européenne et des Etats-Unis.

L’étude anglaise salue le plan européen FLEGT de 2003 (Applications des règlementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux). Il a obligé les pays exportateurs à fournir du bois issu de l’abattage légal. En échange de leurs efforts, ils ont reçu des aides techniques et financières pour rendre leurs forêts durables.

Côté sanction, le rapport relève des progrès significatifs ces dernières années. Le Parlement européen a adopté le 7 juillet une législation qui punit les importateurs de bois illégal (voir le JDLE). Aux Etats-Unis, un amendement au « Lacey Act » de 1900 a imposé le même type de pénalité. Conséquence directe : les entreprises se voient obligées de renforcer les contrôles de traçabilité.

« L’attention que les médias accordent à l’abattage illégal est en train de chuter » alerte aussi le rapport. Car les améliorations sont encourageantes. Et parce que le thème du rôle de la forêt dans le changement climatique a pris toute la place. Les arbres ont gagné une bataille, mais pas la guerre...



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus