Les fonctionnaires de l’environnement descendent dans la rue

Le 01 février 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ségolène, t'es..., tes fonctionnaires sont dans la rue.
Ségolène, t'es..., tes fonctionnaires sont dans la rue.
FO

Voilà des professionnels de l’environnement que l’on ne voit pas tous les jours dans la rue. Surfant sur l’intérêt suscité par les discussions parlementaires portant sur le projet de loi sur la biodiversité, les fonctionnaires du ministère de l’écologie sont de sortie. Et pas pour compter les tritons!

A l’appel de 5 syndicats, fonctionnaires et contractuels des établissements publics et des services déconcentrés du ministère de l’écologie sont appelé à cesser le travail, jeudi 4 février, et à manifester, à Paris, Montpellier, Lyon ou Nantes.

Aux revendications malheureusement classiques en cette période (contraction des personnels, lente évolution des statuts et des salaires, remembrement des établissements) s’en ajoutent de plus conjoncturelles: «Ces derniers temps, des syndicalistes agricoles ont secoué des agents de l’Onema[1] sans que notre hiérarchie n’y trouve rien à redire», explique Zaïnil Nizaraly.

Les personnels s’inquiètent aussi des conséquences de la création de l’Agence française pour la biodiversité (AFB). «Sur le terrain, il y aura, nous a-t-on dit, une mutualisation des moyens entre l’AFB et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage [ONCFS]. A coup sûr, cette mutualisation n’ira pas dans le sens de la création d’emploi», commente le secrétaire de la fédération FO des établissements publics de l’environnement.

que de l'affichage

Biodiversité toujours, mais en mer, cette fois. «On n’arrête pas de créer de nouveaux parcs marins, ce qui est très bien. Mais, prisonnier de sa logique comptable, le ministère de l’écologie refuse d’y mettre des personnels. Tout cela finit par n’être plus que de l’affichage.»

Zaïnil Nizaraly critique enfin le nombre grandissant de travaux confiés par les établissements du ministère aux associations: «Les ONG font un excellent travail, mais souvent au détriment d’une précarisation de l’emploi qui n’est pas acceptable».

Selon les établissements, les syndicats espèrent que plus de la moitié des agents débrayeront jeudi. Un bon millier d’entre eux (le quart de l’effectif) devraient participer aux rassemblements.

 



[1] Onema: Office national de l'eau et des milieux aquatiques

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus