Les feux tricolores au rencart

Le 07 février 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ne plus griller le feu, au profit des modes doux.
Ne plus griller le feu, au profit des modes doux.
DR

Paris va déposer plusieurs feux tricolores implantés à des carrefours et expérimenter d’autres modes de régulation du trafic automobile. Plus économiques, plus écologiques et moins dangereux, comme le montre l’exemple bordelais.

1.750. C’est le nombre de carrefours équipés de feux tricolores à Paris intra-muros. Une expérimentation va être prochainement menée par la ville sous l’impulsion des élus écologistes, pour en réaménager quelques-uns sans avoir recours aux ‘feux rouges’. A la place, des cédez-le-passage, des priorités à droite, des zones 30 et des giratoires. «Les feux tricolores sont sources de danger, car il est avéré que les conducteurs sont moins attentifs aux piétons, aux vélos ou aux autres automobilistes quand des feux balisent leur trajet», explique David Belliard, co-président du groupe des élus écologistes de Paris. «Outre les questions de sécurité routière, l’abandon des feux tricolores permet à la ville de faire des économies écologiques et financières», complète Anne Souyris, co-présidente du même groupe. Une démarche déjà testée -et approuvée- par Nantes, Rennes, Abbeville, Toulouse ou encore Bordeaux.

Pour chaque carrefour, comptez 7 à 8 feux tricolores, dont la consommation et l’entretien reviennent à 500 euros pièce par an.

Bordeaux, ville laboratoire

La métropole bordelaise est la championne toute catégorie du ratio de carrefours à feux par habitant, avec 1,26 pour 1.000 habitants (contre 0,78 pour Paris et 0,57 pour Nantes), suivie de près par Lyon Métropole (1,21). «Le feu tricolore était devenu la réponse à toutes les plaintes de riverains», se rappelle Sébastien Dabadie, directeur des infrastructures et des déplacements de Bordeaux Métropole. La ville est devenue le laboratoire, au plan national, de cette expérimentation, notamment après que ses élus ont constaté que 27 des 28 carrefours les plus dangereux de l’agglomération étaient équipés de feux tricolores.

Piéton pas prioritaire

En trois ans, 40 carrefours à feux ont changé de signalisation (sur 1.000) et les élus comptent en faire autant avec 200 autres d’ici fin 2018. «C’est une autre façon de faire fonctionner la ville, explique Sébastien Dabadie. Car le carrefour à feux est le seul dispositif prévu par le code de la route où le piéton n’est pas prioritaire.» Priorité est donc donnée aux ‘modes doux’, c’est-à-dire aux piétons et aux vélos.

150 tués par an aux feux

C’est que ces intersections dont l’objet est de «dissocier dans le temps l’admission dans un carrefour de courants de véhicules et de piétons incompatibles», selon une instruction ministérielle, sont loin d’être la panacée en termes de sécurité routière. Les carrefours à feux concentrent 14% des accidents de France. 150 personnes y sont tuées chaque année et 1.200 blessées gravement. La vitesse excessive est le premier facteur d’accidentogène et un tiers des accidents sont causés par le non-respect du feu rouge par les voitures.

Limiter la signalisation

«En l’absence de feux tricolores, l’attention est beaucoup plus développée chez les usagers, car le sentiment un peu factice de sécurité est remis en cause et chacun doit faire attention à l’autre», analyse Michel Duchène, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des grands projets d'aménagement urbain. Trop de signalisation tue la signalisation, pourrait être le mot d’ordre. «C’est un projet pédagogique, dans lequel la signalisation doit être densifiée pour que les panneaux soient plus visibles», précise-t-il.

La fin du klaxon?

La fin des feux tricolores, c’est aussi la fin des attentes sans fin, qui génèrent pollution de l’air et bruits divers. Et pas uniquement des moteurs qui redémarrent. «A Bordeaux, c’est la pratique de klaxonner quand le premier de la file ne démarre pas assez vite», témoigne Sébastien Dabadie. Les oreilles des Parisiens qui habitent à la hauteur des feux tricolores sauront apprécier à sa juste valeur la portée de cette expérimentation.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus